subscribe: Posts | Comments

Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique

Commentaires fermés sur Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique
Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique

 

Ces dernières années, on ne cesse de dire que le cinéma français n’est plus bon qu’à faire des films de comédies, alors que ce n’est absolument pas vrai, il suffit de voir le prochain film de François Ozon afin de comprendre la qualité des productions françaises en ce moment. En effet, inspiré de faits réels d’abus pédophiles exercés par un curé qui garde encore ses fonctions malgré les multiples plaintes, le film « Grâce à dieu », risque fort de provoquer des sueurs froides, notamment du côté du Vatican. Ce film financé majoritairement par A Plus Image la Sofica de A Plus Finance, est retenu pour la compétition officielle Berlinale qui aura lieu le 7 février prochain à Berlin.

Le cinéma français de nos jours

Les productions cinématographiques ont toujours eu pour mission de faire réfléchir les spectateurs sur les conditions humaines, en les mettant face à des contradictions et en évoquant les sujets qui dérangent et que personne ne veut forcément regarder directement. Réfléchir à ses sujets relève que de la seule responsabilité et de la liberté de chaque individu.
Certes, ces dernières années, le cinéma français s’est plus orienté vers les comédies qui déplacent beaucoup de foules, toutefois, le vrai cinéma français existe encore, mais simplement il est beaucoup moins exposé. Avec une production cinématographique telle que le film « Grâce à dieu », personne ne pourra douter qu’il sera bien au centre de tout les débats. Traitant d’un sujet brûlant, polémique qui malheureusement est d’actualité, le film qui n’est pas encore sorti en salle, fait déjà grincer quelques dents.

Un film qui fait déjà polémique

La sortie du film est normalement prévue pour le 20 février prochain, néanmoins, selon l’avocat du curé, le Père Preynat, dont le film s’est inspiré, demande le report de la sortie pour que le métrage n’influence pas le procès du curé, qui est prévu pour 2019. « la vraie raison de ma démarche est d’empêcher la sortie du film avant le procès. Certes, la sortie du film est une liberté de création, toutefois, une fiction relatant des faits qui correspondent à un procès qui tiendra lieu très prochainement, surtout que le procès a été hyper-médiatisé par les victimes, cela pourrait porter atteinte à la présomption d’innocence du Père Preynat » a expliqué l’avocat au journal Le Progrès.
Néanmoins, l’avocat a bien précisé qu’il ne s’oppose pas à la projection du film, mais juste il espère que l’impartialité soit respectée. Une vision qui est totalement justifiée.
Le film Grâce à Dieu, financé par les sofica de A Plus Finance et SG Image 2017, est déjà en course pour l’Ours d’Or. S’inspirant grandement de l’affaire du Pierre Preynat, le film retrace l’histoire du curé qui a été mis en examen en 2016 pour avoir été accusé d’avoir abusé sexuellement de plusieurs enfants en 1986.


Comment choisir la meilleure SOFICA ?

Commentaires fermés sur Comment choisir la meilleure SOFICA ?
Comment choisir la meilleure SOFICA ?

 

Afin de profiter efficacement des avantages d’un placement dans des sociétés SOFiCA ou Sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel, il faut savoir faire le bon choix et réussir ainsi votre investissement. Surtout que l’un des avantages d’investir dans une SOFICA est la réduction de vos impôts sur revenus tout en soutenant la production cinématographique et audiovisuelle française. En effet, selon la loi de finances de 2018, l’investissement dans des sociétés pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel a été prolongé pour trois ans.

Qu’est-ce qu’une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel (SOFICA) ?

Une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel, comme A Plus Image 8 qui est une filiale de la société de gestion, A Plus finance, est une société d’investissement qui par l’intermédiaire d’un gérant, elle va collecter des fonds à partir d’investisseurs particuliers, afin de l’investir dans des projets audiovisuels et cinématographiques.
Investir dans une société SOFICA peut se faire de différentes manières. Soit l’investisseur préfère bloquer son argent dans une souscription dans l’une des SOFICA durant 8 ans, soit il trouve le délai un peu trop long, et opte à souscrire dans une SOFICA à capital non garanti, permettant ainsi de récupérer son argent dés la 5e année qui suit son placement. Toutefois, le premier mode d’investissement assure à l’investisseur un remboursement pouvant atteindre 80 % du fonds au bout des 8 années, alors que le deuxième mode d’investissement n’est pas sûr puisque le capital n’est pas garanti.
Vers le mois d’octobre, chaque année, une liste des différentes sociétés d’investissement SOFICA agrée conjointement par CNC et le ministère des Finances, est proposée pour les investisseurs particuliers. Ces derniers doivent choisir et s’inscrire à une des sociétés SOFICA avant la fin du dernier trimestre. En effet, pour pouvoir profiter des différents avantages de la souscription à une SOFICA, l’investisseur particulier doit bloquer une somme qui s’engage à investir durant 5 à 10 ans. Néanmoins, tous ses fonds seront indisponibles durant toute la période.


Les avantages d’investir dans une SOFICA

Investir dans une SOFICA, est l’un des meilleurs moyens afin de réduire les impôts sur le revenu. Généralement, la réduction est de 30 % de la somme de la souscription de l’investisseur. Néanmoins, ce pourcentage peut varier selon les sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel. Si la société SOFICA s’engage à placer au moins 10 % de ses fonds dans des projets de réalisation, le pourcentage de réduction des impôts sur le revenu de l’investisseur sera de 36 %. Ce pourcentage pourra atteindre 48 %, si la société SOFICA opte à investir au moins 10 % de son fonds dans des projets télévisuels, comme c’est le cas de A Plus Finance qui investit à travers A Plus Image 8, prés de 35 % dans des productions télévisuelles.
Toutefois, il est important de savoir que la réduction d’impôts dans ce mode de placement est soumise à un plafond exceptionnel de 18 000 euros, ainsi qu’un investissement maximal de 25 % du revenu de l’investisseur.


Le capital investissement : un marché d’avenir

Commentaires fermés sur Le capital investissement : un marché d’avenir
Le capital investissement : un marché d’avenir

Quels sont les différents modes de financement des entreprises ?

Besoins financiers des entreprises
– Les investissements : en recherche développement, investissements industriels, investissements financiers.
– Les besoins en fonds de roulement, les remboursements de crédits, les distributions de dividendes.

Ressources disponibles
L’autofinancement, les subventions de la puissance publique, les crédits bancaires sous toutes leurs formes, les apports de fonds propres par les actionnaires ou les marchés financiers, et le capital investissement.
Seuls les fonds propres, donc le capital investissement, sont aptes à financer tous les besoins de l’entreprise à court, moyen ou long terme. Les actionnaires personnes physiques n’ont pas les moyens de financer des besoins élevés qu’il s’agisse de reprise d’entreprises ou de développement.

Très peu d’entreprises sont cotées et parfois la conjoncture n’est pas favorable à des augmentations de capital. La solution reste donc le capital investissement dont les différentes branches répondent non seulement aux besoins financiers variés des entreprises, mais aussi à tous les stades de leur développement.
Mais c’est aussi en présentant de bons dossiers avec une méthodologie professionnelle que les entrepreneurs auront plus de chances de séduire les investisseurs financiers.

A Plus Finance est l’un des acteurs les plus actifs du capital investissement en France. Cette société de gestion accompagne les moyennes et petites entreprises déjà établies dans leurs activités. Elle est spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. A Plus Finance intervient dans tous les secteurs innovants, notamment dans les domaines du e-commerce, des technologies de l’information et du développement durable.

Les caractéristiques du capital investissement

Les opérations de capital investissement ont les caractéristiques suivantes :
– Il s’agit d’opérations qui peuvent être majoritaires ou minoritaires selon deux variables : le montant des fonds investis et la valorisation de l’entreprise ; si les opérations de capital et de développement sont le plus souvent des opérations minoritaires, les opérations de transmission sont majoritaires pour les financiers, l’équipe de managers possédant une part minoritaire dans la société.

– Il s’agit d’interventions en fonds propres, prises de participation en numéraire et au capital, et de la souscription à des obligations convertibles donnant par la suite si la décision de convertir est prise, accès à des actions et une position d’actionnaire.
Les fonds propres sont les seuls à pouvoir financer tous les besoins des entreprises : ce sont des fonds durables et non remboursables.
Rien à avoir donc avec des crédits bancaires remboursables et qu’il faut rémunérer, ou avec des subventions publiques liées à une condition (création d’emplois, innovation technologique ou autre…).
Des fonds propres d’origine privée comme l’indique la terminologie anglo-saxonne, Private Equity, apportés directement ou indirectement aux entreprises, par des acteurs divers et variés, personnes physiques, industriels, fonds de pension étrangers, compagnies d’assurances, universités…


Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Commentaires fermés sur Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?
Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Le mois de ramadan 2018 arrive à grand pas, l’occasion de parler du marché halal en France et de forte demande des consommateurs des produits issus de la production licite.

D’ici quelques semaines, le calendrier hégirien annoncera la date du début du mois de ramadan 2018 en France.

Les enseignes halal connaissent un véritable essor durant le mois de ramadan 

Avec un chiffre d’affaires près de 800 milliards en 2012, les produits halal représentent l’un des marchés les plus prometteurs du moment.

Apparu quelques années après le marché bio, le marché halal a su s’imposer en Europe, en Amérique et dans tous les continents et ne cesse d’attirer de nouveaux consommateurs en quête de qualité, de traçabilité, de notoriété et d’image des marques.

Désormais, les plus grandes enseignes alimentaires se mettent au halal et multiplient leurs offrent afin d’avoir la plus grande part du marché.

Le cabinet d’études marketing, Solis vient de lancer une étude de marché ayant pour but de déterminer le nombre des personnes consommant les produits halal en France.

Résultat, la plupart des consommateurs du halal sont d’origine arabe venant spécialement du Marco, Algérie et Tunisie avec un bon pourcentage des français originaires de la France.

D’après la même étude, les français consommant les produits halal ne choisissent pas uniquement les viandes licites mais s’intéressent à d’autres produits issus de la production halal comme les plats prêt, les sandwichs, les charcuteries…

Alors que la demande en halal augmente, l’offre semble suivre la tendance en France 

La même étude prouve aussi que les produits halal appartenant à des marques de renom notamment, Fleury Michon, Knorr, Duc, Herta, Knorr ou encore Maggi n’attirent pas les consommateurs autant que les produits alimentaires issus des marques de grande consommation spécialisée dans la production halal comme Médina, Isla Délice, Dounia, Isla Mondial, Saada…

Avec l’enseigne du fast-food quick qui proposent désormais une quarantaine de produits halal. Une offre halal dans les fast-foods est une première en France à une telle échelle, et c’est la première fois également quand voit une grande enseigne opter pour un marché récent.

En effet, le marché de halal est en train de se développer fortement en France et de créer une forte concurrence entre les différents acteurs du marché.

Auparavant, nous trouvons uniquement les consommateurs de croyances musulmanes opter pour les produits halal, aujourd’hui de nombreuses familles n’ayant aucun rapport avec l’Islam choisissent le halal.

 

 

 


     Architecture des réseaux de télécommunications

Commentaires fermés sur      Architecture des réseaux de télécommunications
     Architecture des réseaux de télécommunications

 

    Réseau sans fil :

 

La demande grandissante de transferts plus rapides et autres services sur les réseaux sans fil implique un déploiement plus dense des stations de base à l’intérieur des cellules de réseau.

Les déploiements des réseaux macrocellulaires conventionnels sont peu éco-énergétiques.

Par conséquent, modifier les architectures de réseau actuelles afin de faire face à cette demande grandissante de la part des utilisateurs de téléphones mobiles pourrait ne pas être économiquement viable.

 

   Macrocellules :

Les macrocellules sont en général conçues pour assurer une large couverture de zone, mais restent peu efficaces en matières de vitesses de transfert.

Une solution pour rendre les réseaux de téléphonie sans fil plus éco-énergétiques, afin de supporter un trafic de données rapide, serait de réduire la distance de propagation entre les nœuds, ce qui entraînerait une réduction de la puissance de transmission sans modifications infrastructurelles complexes.

 

De ce fait, des recherches antérieures ont démontré que les techniques de relais augmentent la durée de vie de la batterie, ainsi que les vitesses de transfert, marquant ainsi le premier pas vers des réseaux plus éco-énergétiques.

 

La communication à sauts multiples, en particulier, permet de diviser un lien unique entre les terminaux mobiles et la station de base en une série de liens plus courts.

Par conséquent, l’effet destructif des troubles des canaux sans fil, notamment les pertes sur le trajet, s’en trouve atténué ; d’où la possibilité d’assigner à la station de base et aux relais une puissance de transmission moins élevée.

 

Dans ce ce contexte, les solutions de déploiement de réseaux de téléphonie sans fil basées sur de plus petites cellules telles que les micro, pico et femtocells sont très prometteuses.

Ces cellules de taille plus réduite pourraient être déployées dans les rues ou dans les bâtiments afin d’assurer une meilleure qualité de signal dans les zones qui, sans cela, pourraient souffrir d’une qualité de service moindre.

 

   Pico Cellule :

 

Une pico cellule est une cellule appartenant à un réseau de téléphonie mobile pris en charge par une station de base cellulaire à faible puissance qui couvre une zone restreinte au trafic élevé, comme les centres commerciaux, les quartiers résidentiels, les hôtels ou les gares.

 

  Réseau sans fil “ad hoc” :

Un réseau sans fil ad hoc est un réseau sans fil décentralisé. La dénomination “ad hoc” vient du fait qu’il ne dépend pas d’infrastructures préexistantes tels que les routeurs dans les réseaux filaires ou les points d’accès dans les réseaux sans fil gérés (infrastructure).

Une configuration minimale et un déploiement rapide rendent les réseaux “ad hoc” adaptés aux situations d’urgence (telles que les catastrophes naturelles).

 

La performance moyenne d’un réseau se base sur sa capacité à correctement transmettre des paquets, ce que l’on définit comme l’efficacité de transmission (paquets réseau reçus / paquets réseaux envoyés).

Plusieurs réseaux sans fil “ad hoc” ont été déployés à travers le monde, et leur nombre augmente de jour en jour.

 

   Opérateurs et couverture :

 

Les opérateurs de télécommunication (tels Orange, Paritel, SFR…) sont des entités qui mettent à disposition des services de communication à distance.

Paritel (opérateur télécom pro) est une compagnie de télécommunication qui propose des services d’accès à Internet et de téléphonie mobile…

Cet opérateur de proximité offre le meilleur service !


La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

Commentaires fermés sur La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure
La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

 

Dans un mémoire, les avocats demandent le ‘‘ dépaysement de la procédure ’’

Mis en examen le 2 février, l’islamologue suisse, Tariq Ramadan, a été hospitalisé, il y a quelques jours dans une unité surveillée au sein de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans la banlieue parisienne, après avoir vu son état de santé se dégrader.
Dans un mémoire transmis par les avocats de l’accusé à la Cour d’appel de Paris, ces derniers réclament la remise en liberté du théologien, en proposant à cet effet plusieurs garanties, à savoir le versement d’une caution de 50 000 euros, la remise de son (unique) passeport suisse et l’obligation de pointer quotidiennement au commissariat.

Par ailleurs, les conseils dénoncent ce qu’ils considèrent comme incohérences dans les témoignages des plaignantes, le manque ou l’absence d’investigation sur des éléments fournis comme étant des preuves à décharge ainsi que la légalité de la décision du juge des Libertés et de la détention.

Dans ce mémoire adressé au Procureur général de la Cour d’appel de Paris, les avocats ont réclamé le dépaysement de la procédure, en raison de ce qu’ils constatent être des dysfonctionnements en la défaveur de leur client, ‘‘ des disquisitions nécessaires à la manifestation de la vérité ne sont pas entreprises ’’, de plus, ‘‘ le contact entre l’islamologue et ses proches et aussi ses avocats est très limité ’’
En novembre dernier, ils ont riposté pour la première fois, en déposant une plainte pour subornation de témoin tout en visant l’essayiste française, Caroline Fourest, qui fait la guerre au théologien depuis plusieurs années sur les médias. En effet, la polémiste a récemment reconnu avoir entré en contact avec les deux accusatrices après leur dépôt de plaintes pour ‘‘ se soutenir ’’.
Sur requête du procureur général ou à la demande des parties (ayant le pouvoir de décider de faire suivre ou pas cette demande), le dépaysement d’une procédure peut en effet être ordonné par la Cour de cassation.

L’affaire relève plusieurs dysfonctionnements

Du côté de la défense, cette dernière dénonce l’absence ‘investigations sur des éléments importants versés au dossier, notamment une réservation d’avion dévoilée le 6 décembre et qui n’a été transmise aux juges qu’au mois de février.
Un autre élément critiqué, est celui de l’absence d’investigations au sujet d’une rencontre entre l’essayiste Caroline Fourest et un membre de la magistrature identifié par le Journal Du Dimanche (JDD) en tant qu’actuel avocat général à la Cour de cassation, (une rencontre qui n’épargne pas les interrogations quant à sa nature).
En novembre dernier, les avocats ont porté plainte pour subornation de témoin, en évoquant explicitement le nom de la polémiste Fourest, qui mène un combat depuis longue date contre l’intellectuel Tariq Ramadan dans les médias.
Cette enquête a par ailleurs révélé que la ligne téléphonique de l’essayiste était entrée en contact plus d’une centaine de fois, avec chacune des deux accusatrices sur la période (précedant la date de dépôt des plaintes) du 6 mai au 6 novembre de l’année dernière.
Les avocats ont également fait savoir, que le docteur en théologie, Tariq Ramadan, incarcéré depuis le 2 février, n’a pu ni voir ni téléphoner à sa famille, et que même les entretiens avec ses représentants ont été très limités.


        Quelles sont les dépenses d’investissements des opérateurs télécoms ?

Commentaires fermés sur         Quelles sont les dépenses d’investissements des opérateurs télécoms ?
        Quelles sont les dépenses d’investissements des opérateurs télécoms ?

 

      L’architecture des réseaux

 

Un câble optique, ça sert à quoi ?

L’offre excédentaire des câbles optiques se limite pour l’essentiel aux réseaux de longue distance, qui ont été les premiers construits.

Il est donc difficile de déterminer les prix commerciaux de ces derniers, d’une part parce qu’ils continuent de diminuer en raison de l’offre excédentaire, d’autre part parce que les progrès réduisent le coût par voie.

Un moyen d’évaluer la déflation des prix consiste à examiner le marché de gros d’un pays développé comme les États-Unis.

 

Selon des informations communiquées en 2011 par RateXchange, un courtier en ligne américain qui négocie de la capacité en gros pour les opérateurs de télécommunications, une liaison fonctionnant à 155 Mbit/s entre Los Angeles et New-York coûtait environ 45 000 USD par mois en octobre 2010.

Ce prix est tombé à 35 000 USD en mars 2011, mais il était prévu qu’il chute à 2 450 USD en janvier 2012 pour la nouvelle génération d’équipements.

Une connexion à 155 Mbits/s pourrait assurer quelque 42 millions de minutes de communications par mois. La technologie optique actuelle peut au minimum décupler cette capacité.

On relèvera avant tout que le matériel de mise en service est peut-être la seule partie du réseau qui doit être remplacée ; s’il est de technologie relativement récente, le câble optique reste remplacée ; s’il est de technologie relativement récente, le câble optique reste le même, et il existe des milliers de fibres souterraines.

 

   Opérateurs français

 

Les opérateurs français (comme Orange et Paritel) ont fait appel à cette méthode en 2002-03 pour augmenter la capacité de nombreux réseaux “de 2.5Gbit/s à 10 Gbits/s.

Les dépenses d’infrastructure effectuées en France avant 2000 expliquent le schéma d’expansion (ou de surexpansion) de la capacité optique aujourd’hui, voire des quelques années à venir.

 

Les dépenses d’équipement des opérateurs de télécommunications français (Paritel, SFR, Bouygues télécom…) ont augmenté de 40 % de 2002 et 2004, où elles ont atteint 80.9 milliards d’euros, puis à nouveau de 38 % entre 2004 et 2005.

Mais en 2011, elles ont fléchi de quelque 15 % par rapport à l’année précédente, puis reculé pour atteindre environ 75 milliards d’euros en 2013, soit repli d’à peu près 29 %.

Cette baisse signifie que les opérateurs dépensent moins pour utiliser leurs réseaux parce qu’il est plus coûteux de mettre des réseaux en service que de les laisser inactifs, sous forme de “fibre noire”, non illuminée.

Il se peut donc que la quantité de fibre non utilisée augmente, pour soutenir les prix, pendant que les nouveaux investissements dans l’infrastructure stagnent.

Bien entendu, il existe d’autres marchés que celui de la capacité de gros pour les opérateurs et les FAI (fournisseur d’accès à Internet).

 

  Évaluation du marché des télécommunications

Les lignes louées privées sur les marchés internationaux et transatlantiques sont également une source profitable de recettes.

D’importants bénéfices ont été réalisés sur les circuits liés internationaux avant l’explosion de la bulle Internet.

 

Même en tenant compte du coût des circuits terrestres et de l’exploitation, des frais généraux et des profits, la marge est élevée !

Cela dit, grâce aux nouveaux dispositifs de sécurité et de séparation du trafic de protocol IPv6, les réseaux privés virtuels des entreprises peuvent être hébergés sur l’infrastructure en expansion de l’Internet, qui dispose encore de capacité disponible, de sorte que l’intérêt d’un contrôle concret des ressources matérielles (les lignes louées) diminue au profit des services hébergés partagés qui permettent aux grands FAI, grâce aux accords de réciprocité, d’élargir leur portée géographique.

 

En résumé, on observe une expansion de la demande, mais une expansion encore plus rapide de la capacité due aux technologies de remplacement, non à de nouveaux déploiements ; compte tenu du surinvestissement dans certaines régions des États-Unis et, peut-être, d’Europe, on ignore l’ampleur de la capacité réelle actuelle.

Chaque nouvelle génération de WDM (Wavelength Division Multiplexing) permet de décupler (ou plus) la capacité de la fibre installée rapidement et à un coût comparativement modique.


« Previous Entries