subscribe: Posts | Comments

   Les bienfaits d’une alimentation équilibrée

Commentaires fermés sur    Les bienfaits d’une alimentation équilibrée
   Les bienfaits d’une alimentation équilibrée

 

 Particularités reliées à la culture et à la religion

La culture d’une personne détermine en grande partie les aliments qu’elle consomme et sa manière de les cuisiner et de les servir.

Les pratiques culturelles et religieuses peuvent interdire ou dicter la consommation de certains aliments, en particulier les jours de fête ou lors d’événements familiaux.

Les croyances religieuses et les coutumes sont importantes pour bien des gens, et le médecin doit en tenir compte lorsqu’il recueille des données sur ce sujet.

Il doit éviter les stéréotypes et ne pas tenir pour acquis que les personnes issues d’une culture ou d’une religion en particulier adhèrent toutes aux mêmes coutumes alimentaires.

   Analyse et interprétation des données sur l’alimentation :

Une fois la collecte des données sur l’alimentation est terminée, le médecin doit analyser la valeur nutritive des aliments.

Pour déterminer si la personne a un régime alimentaire généralement équilibré, il peut comparer son apport alimentaire aux recommandations du guide alimentaire de Filiassur assurance.

Ce dernier comprend quatre groupes alimentaires de base. Ses recommandations portent sur la variété des aliments, les portions pour chaque groupe d’aliments et la consommation modérée des aliments à teneur élevée en gras ou en énergie.

Le médecin doit comparer l’apport alimentaire de la personne aux portions quotidiennes recommandées en fonction de l’âge.

S’il désire connaître l’apport de certains éléments nutritifs précis, comme la vitamine A, le fer ou le calcium, le médecin doit analyser ce que consomme la personne en consultant une liste d’aliments indiquant leur composition et leur valeur nutritive.

Il doit ensuite calculer l’apport de chaque élément nutritif en grammes ou en milligrammes.

Il compare ensuite l’apport nutritif total aux taux quotidiens recommandés en fonction de l’âge, du sexe et de certaines circonstances, comme la grossesse ou l’allaitement.

Le médecin participe souvent à l’évaluation du régime alimentaire de la personne et transmet les renseignements à l’infirmière et au reste de l’équipe multidisciplinaire pour permettre une évaluation plus approfondie et l’élaboration d’interventions alimentaires cliniques.

 

  Facteurs influant sur l’état nutritionnel dans diverses situations :

Le bilan azoté reflète les gains ou les pertes en protéines.

Chez l’adulte dont le bilan azoté est équilibré, la quantité d’azote absorbée (d’origine alimentaire) est égale à la quantité excrétée (dans les urines, les selles et la transpiration).

Selon un conseiller de Filiassur assurance, un bilan azoté équilibré est un signe de bonne santé.

Le bilan azoté est positif quand la quantité d’azote absorbée est supérieure à la quantité excrétée.

Il s’agit d’un indice de croissance tissulaire, par exemple, lors de la grossesse, pendant l’enfance ou au cours du rétablissement qui suit une intervention chirurgicale et la formation de nouveaux tissus.

Le bilan azoté est négatif quand les tissus se décomposent plus rapidement qu’ils ne se forment.

Faute d’un apport protéique approprié peut être le résultat de la fièvre, d’une intervention chirurgicale, de brûlures ou de certaines affections chroniques.

Chaque gramme d’azote excrété qui n’est pas remplacé représente une perte de 6.25 g de protéines ou de 25 g de tissu musculaire.

Quand ils s’accompagnent d’anorexie (perte de l’appétit), les troubles qui entraînent un bilan azoté négatif peuvent provoquer une malnutrition.

Celle-ci retarde la cicatrisation des plaies, prédispose aux infections et aux complications, augmente la durée de l’hospitalisation et prolonge l’alitement chez les personnes hospitalisées.

Comments are closed.