subscribe: Posts | Comments

Quel appareil photo vous convient ?

Commentaires fermés sur Quel appareil photo vous convient ?
Quel appareil photo vous convient ?

Pour immortaliser vos moments les plus importants de votre vie : mariage, naissances ou juste un dîner en famille, l’appareil photo est notre plus fidèle compagnon pour partager vous meilleurs moments dans les meilleurs coins du monde.

Mais quels appareils photo choisir ? Et quelle qualité de photo vous voulez avoir ?

 

Quel budget pour quel appareil photo

La première question qu’il faut se poser, quel budget vous disposez pour l’achat de votre appareil photo ?

Si vous avez un budget en dessous de 500 euros, il vaut mieux avoir un très bon smartphone qu’un mauvais appareil photo. En effet, vous pouvez équiper votre smartphone avec des petits objectifs qui s’adaptent, comme l’objectif de chez Pixter à 50 euros, pour commencer à jouer avec différents focale. Mais encore en téléchargeant des applications qui vous permettront d’aller plus loin en photos, et surtout qui vous permettront à jongler avec différents réglages d’un appareil photo. C’est un choix intelligent avant d’acheter un reflex ou un hybride pour commencer à maîtriser un certain nombre de notions dans le domaine de la photographie.

À partir de 800 euros et jusqu’à 1000 euros, c’est le budget idéal pour pouvoir acheter un très bel appareil photo qui vous garantit la meilleure qualité de photo. Donc il vaut mieux patienter et économiser la somme demandée que d’acheter un appareil de moins de 500 euros.

Mais pourquoi faire ?

Il existe plusieurs types d’appareils photo, mais ça dépend pour quel usage vous voulez l’achetez : c’est plutôt pour les vacances et les voyages, pour photographier des moments en familles, vous êtes un amoureux de la nature et des insectes, vous êtes plutôt un artiste est vous voulez prendre des photos bien particulière ou un simple youtubeurs et vous avez un grand besoin de faire plusieurs vidéos.

Donc il faut définir vos priorités pour pouvoir retrouver l’appareil qui vous convient. Mais encore comme l’a mentionné le site on a testé pour vous, il faut aussi penser à votre niveau de technicité et maîtrise des appareils photo. Si vous êtes débutants ou vous ne voulez pas trop vous prendre la tête avec les différentes options, achetez les appareils photo numériques disponibles à des prix trop abordables ou tout simplement un bon smartphone fera bien l’affaire.

Les familles d’appareil photo

La photo argentique n’est pas morte au contraire elle se fait un retour en force comme les vinyles en musique. En effet, il y a de plus en plus de jeunes qui se remettent à la photo argentique, avec le plaisir d’attente de développement et du développement soi-même qui reste intact. Mais ce genre de photo reste quand même assez onéreux.

Pour les appareils photo numériques, ils existent deux grandes familles, il y a les appareils avec objectifs interchangeables et ceux qui ont des objectif intégrés qui ne se démontent pas.

Dans cette dernière catégorie, on trouve tous les appareils d’entrée de gamme, de moyenne gamme et les point and shoot. Ce sont des petits appareils généralement assez increvables, très polyvalents et surtout abordables. Ce type d’appareil est bon en tout, mais excellent en rien. C’est l’appareil idéal pour quelqu’un qui veut partir en vacances sans se prendre la tête.

Pour la deuxième grande catégorie, les appareils à objectif interchangeable sont plus professionnels  et vous permettent de prendre des photos avec d’excellentes qualités. Toutefois, ils demandent un minimum de technicité. Enfin pour faire le bon choix n’hésitez à consulter les sites comparateurs d’appareils photo professionnels comme le célèbre site, on a testé pour vous, dans lequel vous trouverez le guide du meilleur appareil photo reflex à moins de 1000 euros.

 

 

 


La maladie des gencives

Commentaires fermés sur La maladie des gencives
La maladie des gencives

 

  Quelles sont les causes de la maladie des gencives ?

Il s’agit d’une inflammation qui abîme les tissus supportant les dents.

Cette maladie débute par des saignements au brossage ou encore une sensibilité au toucher.

La maladie des gencives est due à l’accumulation de bactéries à la jonction entre les dents et les gencives.

Elle peut concerner l’adulte, l’enfant ou bien l’adolescent.

 Les facteurs qui augmentent le risque de cette maladie :

La PDB est la cause principale de la maladie des gencives (plaque dentaire bactérienne).

Il y a également, le tabagisme, l’hérédité, le déficit en calcium, la consommation d’alcool (ou de drogue), la prise de certains médicaments, les changements hormonaux (comme la puberté, ménopause, …), ou encore les blessures de la gencive qui sont dues à un brossage vigoureux.

Les symptômes :

La maladie des gencives se développe lentement, cependant, ses signes évoluent selon les stades.

La gingivite est le premier stade, elle a des signes discrets, comme le saignement, changement de couleur, une sensibilité au toucher, un gonflement, ou encore une mauvaise haleine qui persiste.

Au second stade qui est “la parodontie”, les signes se manifestent progressivement, d’où les dents se déchaussent (les dents deviennent très sensibles et la partie visible des dents semble s’allonger), des espaces qui apparaissent, et des abcès des gencives qui se forment.

Vu que les traitements de la parodontite coûtent très chers, Filiassur assurances a bien pensé à vous.

Elle couvre tous les frais de cette maladie qui peut même aboutir à la perte des dents (par dégradation de l’os qui les soutient ou encore par une propagation de l’infection aux dents nécessitant leur extraction).

Filiassur assurance, met à la disposition de ses assurés des chirurgiens-dentistes spécialisés dans les maladies des tissus de soutien des dents, afin d’éviter plusieurs risques, comme le risque d’abcès dentaire, d’infection cardio-vasculaires, pulmonaires, ou d’autres parties du corps.

 

   Pourquoi a-t-on une mauvaise haleine ?

L’halitose est due à une mauvaise hygiène bucco-dentaire, également aux infections favorisées par certaines maladies bucco-dentaires comme les aphtes.

La mauvaise haleine peut également avoir d’autres causes, telle l’alimentation (ail, café, oignons, …), une sécheresse de bouche par diminution du débit salivaire (consommation d’alcool, certains médicaments, …), une affection ORL (angine), un problème endocrinien (diabète), une affection digestive ou encore une maladie rénale chronique.

  Êtes-vous concerné de la mauvaise haleine ?

La mauvaise haleine est un phénomène qui reste tabou, alors qu’il touche plus de 30 % de la population française.

Ce phénomène peut se transformer dans certains cas extrêmes, en véritable handicap social.

Les personnes qui souffrent d’halitose n’osent pas en parler à un spécialiste.

Donc, pour savoir si vous avez une mauvaise haleine ou pas, vous pouvez essayer un petit test qui peut vous donner une indication :

La première chose à faire, est de lécher l’intérieur de votre poignet avec le dos de la langue, puis, il faut attendre quelques secondes pour que votre salive sèche.

Et dans le cas où, votre poignet a une mauvaise odeur, sachez que votre haleine l’a aussi.


Le vin chilien : le nouveau monde viti-vinicole

Commentaires fermés sur Le vin chilien : le nouveau monde viti-vinicole
Le vin chilien : le nouveau monde viti-vinicole

Le Chili, l’Argentine et l’Australie, ce sont les nouveaux pays émergents qui ont connu une croissance spectaculaire en production de vin, ces dernières années. Ces pays ont contribué à l’évolution de la production du vin entre autres le vin chilien qui a conquit le marché mondial du vin en raflant prés du 1/3 des exportations dans le monde. Certes, la superficie des vignobles au Chili ne forme que 174 milles Ha l’équivalent de la superficie des vignobles de l’Aquitaine, mais sa production a conquit le marché chinois.

Comment le vin chilien a pu entrer en concurrence avec les plus grands producteurs de vin du monde ?

Vin de très bonne qualité

En trente ans, le Chili, s’est hissé à la tête de la production des vins dans le monde. En misant sur la quantité, mais aussi sur la qualité de ses vins, le Chili a donné une image de vin de haute gamme pouvons défier même les crus français.

À ce jour, les racines des vignes chiliennes sont les seuls au monde qui sont indemnes du Phylloxéra. En effet, ce parasite attaquant les racines, a obligé tous les vignerons à greffer leurs vignes avec une variété de vigne américaine sauf les vignes chiliennes qui sont les seules vignes indemnes. Ce qui influent énormément sur la bonne qualité du vin chilien. Selon le propriétaire du négociant de vin Raphaël Michel, le vin chilien est le vin qui peut concurrencer réellement les grands crus bordelais puisque les vignes non greffées du Chili sont d’une richesse incroyable. En ayant un climat méditerranéen, une cinquantaine de vastes domaines produisent des vins excellents et modernes.

La production et la consommation  


Avec une consommation annuelle de 15 litres par habitant et une production qui a triplé en quinze ans, c’est vers le marché extérieur que le regard des producteurs de vin chilien se porte. Contrairement à ce qu’on pense les producteurs chiliens donne plus d’importance à la qualité qu’a la quantité. En effet, en l’an 2000, le Chili a produit 6 millions d’hectolitres de vin dont prés de la moitié sont partis à l’étranger. Avec un prix de vente favorable et un dynamisme commercial, le Chili rejoint le peloton de tête des exportateurs mondiaux. En effet, le secteur a rapporté prés de  645 millions d’euros, de plus 4 entreprises se partagent plus de 50 % des volumes exportés.

La découverte d’un vieux cépage le Carmenére, une technologie de pointe et la maîtrise de l’élevage sous bois, le Chili s’est préparé pour concurrencer les plus grands producteurs de vin.

Pour promouvoir son vin, sous l’impulsion de quelques producteurs dynamique, la route des vins a été créée. Cette route qui court au pied des Andes de caves en caves et de vignobles en vignobles par les vallées de Colichoux, Colchagua et du Molle.

Plusieurs sociétés de production de vin, ainsi que des négociants français sont partis à la conquête du marché chilien dont la société Raphaël Michel.


Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir

Commentaires fermés sur Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir
Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir

Pour bien préparer son accouchement, et de gérer le stress du jour de la délivrance il y a différentes méthodes de préparation à l’accouchement : Naitre enchantés, Watsu, autohypnose, Bonapace. En effet, une femme sur deux accepte de suivre ces séances. En couple ou en solo, les cours d’accouchement sont les meilleurs moyens de soulager et d’aider les futurs parents à mieux vivre le moment de la délivrance. En effet, ces séances permettent surtout à la maman de mieux gérer l’accouchement et de lutter contre l’angoisse et la crainte.

Naitre enchantés quels bienfaits

Cette méthode qui se base sur les vibrations sonores produites par la future maman, diminuent la douleur des contractions et aide la maman à supporter mieux les contractions pendant l’accouchement. En effet, ça consiste à produire un son avec la bouche fermée pendant la contraction, ce qui crée une vibration qui aide à surmonter la contraction et ainsi la douleur ressentie est diminuée. Le plus avec cette méthode, et le sentiment d’être en lien avec le bébé pendant l’accouchement. Mais encore, les bébés nés sous cette méthode seraient plus éveillés et plus calmes. Les parents peuvent même continuer à pratiquer la même méthode lorsque le bébé pleure pour le calmer.

Watsu

Cette thérapie manuelle de relaxation issue de la médecine orientale, est la contraction de water et shiatsu. Cette méthode pratiquée par un ostéopathe consiste à porter la future mère et alterner bercement et des étirements des membres dans un bassin d’eau chaude 34°C, ce qui apporte à la future mère un sentiment de relaxation et de bien-être. Cette méthode est conseillée pour les futures mamans qui souffrent de mal de dos ou de jambes lourdes, et peut être recommandé pour les personnes stressées. Au fil des séances, la future maman, va apprendre à travailler sa respiration et son lâcher prise ce qui lui aidera lors de la récupération entre deux contractions le jour de l’accouchement.

Autohypnose

Ou l’hypno-naissance est la méthode préférée de certaines célébrités et qui consiste apprendre différentes techniques de respirations, et l’associer avec des massages de relaxation afin de soulager la future maman des douleurs des contractions.

Bonapace

Cette méthode qui se pratique en couple, permet de réduire la douleur des contractions par des messages et relaxation. En effet, le fait de produire une pression sur des points bien précis le cerveau secrète des endorphines, ce qui diminuera la douleur des contractions de moitié.

La méthode Bonapace se pratique en couple contrairement aux deux premières méthodes ce qui permet au père de s’impliquer pendant le moment d’accouchement.

Remboursement

Généralement, la sécurité sociale rembourse à 100%, huit séances de cours de préparation à l’accouchement, selon certaines méthodes et à condition que ça soit animés par un médecin ou une sage-femme. Il faut toutefois savoir que d’autres méthodes ne sont couvert par la sécurité sociale. Certaines compagnies d’assurances peuvent les prendre en charge, il faut se renseigner auprès des assureurs comme filiassur assurance.

Il faut aussi songer à se renseigner sur le remboursement lors de l’accouchement et de consulter les différentes compagnies d’assurances (Filiassur, Allianz, MMA) et de voir ce qu’elle propose en assurance hospitalisation pour ne pas être surpris par les frais de dépassement d’honoraires.


Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Commentaires fermés sur Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel
Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Ces dernières années, nous avons observé l’émergence de plusieurs pathologies mentales qui menacent la qualité de vie de l’employé. On trouve le syndrome du burnout, du boreout ou encore du brownout, qui commencent à inquiéter les médecins de travail. Ces syndromes, peuvent se développer chez l’individu, en une dépression dont la sévérité varie selon le cas étudié.

Le boreout, comment définir ce syndrome ?

Il s’agit d’un syndrome déclenché à cause de l’ennui, ce sentiment peut naitre quand l’employé se sent inutile et isolé, dans son environnement professionnel. Il est nécessaire de faire la distinction entre le syndrome de boreout qui désigne l’épuisement professionnel, causé par une surcharge de travail et entre le syndrome de boreout qui représente le cas d’un épuisement professionnel, relatif à l’ennui. Le psychologue de travail, Emmanuelle Rogier, signale un autre trait de différence entre ces deux symptômes. Il parle de la honte et de la culpabilité qui accompagnent une personne qui souffre d’un boreout. « La différence entre le burn out et le bore out, c’est la honte. Nous sommes dans une société qui valorise la suractivité. Celui que au contraire n’est pas actif est honteux, il a la sensation de voler son salaire. Il devient même coupable », précise-t-il.

C’est une maladie taboue, dans le milieu professionnel. Les personnes qui en souffrent, trouvent du mal à admettre leurs besoins d’aide et la société n’arrive pas encore à accepter ce syndrome.

Le spécialiste dans ce type de maladie, Christian Bourion, trouve que se sont les collectivités territoriales qui ont « banalisé l’ennui au travail », qui est engendré par « par une politique d’embauche inadaptée dans le secteur public, avec des structures qui créaient des emplois « pour rendre service » plutôt que pour répondre à de réels besoins ». Selon l’auteur du « Le Bore-out syndrome », M. Bourion :« les raisons de la « généralisation » de l’ennui au travail sont multiples : mise à l’écart volontaire ou « placardisation » dans le public pour les fonctionnaires qu’on ne peut pas licencier, postes non-supprimés mais vidés de leurs sens, parcellisation des tâches à l’extrême dans le privé… »

La sévérité de ce syndrome

Le boreout, est un syndrome qui s’attaque au bien-être des employés. Les conséquences de l’épuisement professionnel, peuvent mener la personne qui en souffre à la dépression. Il est donc nécessaire d’agir et de présenter de l’aide psychologique aux employés avant que la situation ne s’aggrave. Le recours à un médecin spécialisé, est donc en ordre pour bien encadrer les employés. Le médecin traitant, peut prescrire un traitement par antidépresseurs, pour atténuer les conséquences des épisodes dépressifs. Les laboratoires pharmaceutiques comme lundbeck , propose un choix diversifié de ces médicaments. Lundbeck, est l’un des leaders qui s’est investi dans le développement de son offre pharmacologique, sous les commandes de l’ancienne Vice-présidente du groupe.