subscribe: Posts | Comments

Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir

Commentaires fermés sur Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir
Cours de préparation à l’accouchement : tout ce qu’il faut savoir

Pour bien préparer son accouchement, et de gérer le stress du jour de la délivrance il y a différentes méthodes de préparation à l’accouchement : Naitre enchantés, Watsu, autohypnose, Bonapace. En effet, une femme sur deux accepte de suivre ces séances. En couple ou en solo, les cours d’accouchement sont les meilleurs moyens de soulager et d’aider les futurs parents à mieux vivre le moment de la délivrance. En effet, ces séances permettent surtout à la maman de mieux gérer l’accouchement et de lutter contre l’angoisse et la crainte.

Naitre enchantés quels bienfaits

Cette méthode qui se base sur les vibrations sonores produites par la future maman, diminuent la douleur des contractions et aide la maman à supporter mieux les contractions pendant l’accouchement. En effet, ça consiste à produire un son avec la bouche fermée pendant la contraction, ce qui crée une vibration qui aide à surmonter la contraction et ainsi la douleur ressentie est diminuée. Le plus avec cette méthode, et le sentiment d’être en lien avec le bébé pendant l’accouchement. Mais encore, les bébés nés sous cette méthode seraient plus éveillés et plus calmes. Les parents peuvent même continuer à pratiquer la même méthode lorsque le bébé pleure pour le calmer.

Watsu

Cette thérapie manuelle de relaxation issue de la médecine orientale, est la contraction de water et shiatsu. Cette méthode pratiquée par un ostéopathe consiste à porter la future mère et alterner bercement et des étirements des membres dans un bassin d’eau chaude 34°C, ce qui apporte à la future mère un sentiment de relaxation et de bien-être. Cette méthode est conseillée pour les futures mamans qui souffrent de mal de dos ou de jambes lourdes, et peut être recommandé pour les personnes stressées. Au fil des séances, la future maman, va apprendre à travailler sa respiration et son lâcher prise ce qui lui aidera lors de la récupération entre deux contractions le jour de l’accouchement.

Autohypnose

Ou l’hypno-naissance est la méthode préférée de certaines célébrités et qui consiste apprendre différentes techniques de respirations, et l’associer avec des massages de relaxation afin de soulager la future maman des douleurs des contractions.

Bonapace

Cette méthode qui se pratique en couple, permet de réduire la douleur des contractions par des messages et relaxation. En effet, le fait de produire une pression sur des points bien précis le cerveau secrète des endorphines, ce qui diminuera la douleur des contractions de moitié.

La méthode Bonapace se pratique en couple contrairement aux deux premières méthodes ce qui permet au père de s’impliquer pendant le moment d’accouchement.

Remboursement

Généralement, la sécurité sociale rembourse à 100%, huit séances de cours de préparation à l’accouchement, selon certaines méthodes et à condition que ça soit animés par un médecin ou une sage-femme. Il faut toutefois savoir que d’autres méthodes ne sont couvert par la sécurité sociale. Certaines compagnies d’assurances peuvent les prendre en charge, il faut se renseigner auprès des assureurs comme filiassur assurance.

Il faut aussi songer à se renseigner sur le remboursement lors de l’accouchement et de consulter les différentes compagnies d’assurances (Filiassur, Allianz, MMA) et de voir ce qu’elle propose en assurance hospitalisation pour ne pas être surpris par les frais de dépassement d’honoraires.


Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Commentaires fermés sur Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel
Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Ces dernières années, nous avons observé l’émergence de plusieurs pathologies mentales qui menacent la qualité de vie de l’employé. On trouve le syndrome du burnout, du boreout ou encore du brownout, qui commencent à inquiéter les médecins de travail. Ces syndromes, peuvent se développer chez l’individu, en une dépression dont la sévérité varie selon le cas étudié.

Le boreout, comment définir ce syndrome ?

Il s’agit d’un syndrome déclenché à cause de l’ennui, ce sentiment peut naitre quand l’employé se sent inutile et isolé, dans son environnement professionnel. Il est nécessaire de faire la distinction entre le syndrome de boreout qui désigne l’épuisement professionnel, causé par une surcharge de travail et entre le syndrome de boreout qui représente le cas d’un épuisement professionnel, relatif à l’ennui. Le psychologue de travail, Emmanuelle Rogier, signale un autre trait de différence entre ces deux symptômes. Il parle de la honte et de la culpabilité qui accompagnent une personne qui souffre d’un boreout. « La différence entre le burn out et le bore out, c’est la honte. Nous sommes dans une société qui valorise la suractivité. Celui que au contraire n’est pas actif est honteux, il a la sensation de voler son salaire. Il devient même coupable », précise-t-il.

C’est une maladie taboue, dans le milieu professionnel. Les personnes qui en souffrent, trouvent du mal à admettre leurs besoins d’aide et la société n’arrive pas encore à accepter ce syndrome.

Le spécialiste dans ce type de maladie, Christian Bourion, trouve que se sont les collectivités territoriales qui ont « banalisé l’ennui au travail », qui est engendré par « par une politique d’embauche inadaptée dans le secteur public, avec des structures qui créaient des emplois « pour rendre service » plutôt que pour répondre à de réels besoins ». Selon l’auteur du « Le Bore-out syndrome », M. Bourion :« les raisons de la « généralisation » de l’ennui au travail sont multiples : mise à l’écart volontaire ou « placardisation » dans le public pour les fonctionnaires qu’on ne peut pas licencier, postes non-supprimés mais vidés de leurs sens, parcellisation des tâches à l’extrême dans le privé… »

La sévérité de ce syndrome

Le boreout, est un syndrome qui s’attaque au bien-être des employés. Les conséquences de l’épuisement professionnel, peuvent mener la personne qui en souffre à la dépression. Il est donc nécessaire d’agir et de présenter de l’aide psychologique aux employés avant que la situation ne s’aggrave. Le recours à un médecin spécialisé, est donc en ordre pour bien encadrer les employés. Le médecin traitant, peut prescrire un traitement par antidépresseurs, pour atténuer les conséquences des épisodes dépressifs. Les laboratoires pharmaceutiques comme lundbeck , propose un choix diversifié de ces médicaments. Lundbeck, est l’un des leaders qui s’est investi dans le développement de son offre pharmacologique, sous les commandes de l’ancienne Vice-présidente du groupe.