subscribe: Posts | Comments

Quels sont les domaines d’intervention d’une société de gestion ?

Commentaires fermés sur Quels sont les domaines d’intervention d’une société de gestion ?
Quels sont les domaines d’intervention d’une société de gestion ?

Une société de gestion est une structure qui est plutôt destinée aux placements. En effet, elle forme une entité à laquelle un professionnel ou un particulier confie des fonds pour l’investir. Cette forme de société d’investissement qui est agréée par l’autorité des marchés financiers, peut aussi gérer des portefeuilles des placements collectifs, individuels ou d’investissement dans l’immobilier.
Quels sont les domaines d’intervention des sociétés de gestion et comment elle peut intervenir dans la gestion immobilière ?
Vous saurez tout grâce aux bons conseils de Guillaume Pellery, le directeur d’investissement chez A Plus Finance, la société de gestion indépendante.

Les différents service que proposent une société de gestion

Une société de gestion comme A Plus Finance, dont la mission est de gérer les capitaux de ses clients, elle peut intervenir aussi dans plusieurs domaines dont la gestion individuelle ou collective. La première s’adresse plutôt aux épargnants qui veulent investir dans des actions ou des plans d’épargne ou des actifs afin de former un portefeuille. Tandis que la gestion collective est plutôt la gestion des placements collectifs tels que les OPCVM, les organismes de placement en valeurs mobilières ou les FCP ou les fonds communs de placement.

Quels types d’investisseurs font appel aux services des sociétés de gestion ?

Vu le large éventail des services proposés par les sociétés de gestion, une très grande variété d’investisseurs ayant des profils bien différents peuvent s’adresser à cette entité. On peut distinguer 3 grandes catégories d’investisseurs : les professionnels qui possèdent un très grand volume de capitaux comme les banques, les fonds de pension, les sociétés d’assurance…. Mais aussi les particuliers, qui sont d’une façon générale des épargnants qui confient leur économie à la société pour les investir convenablement. On trouve aussi les propriétaires d’un bien immobilier qui s’adressent aux sociétés de gestion pour la gérance de leur bien.

Les organismes de placement collectif en valeurs immobilières (OPCVM) font partie à la catégorie des instruments financiers de la gestion collective. En effet, les capitaux des épargnants sont investis par la société de gestion qui peut disposer de plusieurs produits tels que des fonds communs de placement (FCP) ou des sociétés d’investissement à capital variable (SICAV).

La gestion immobilière

Les sociétés de gestion gèrent aussi des biens immobiliers en effectuant des fonctions d’administration pour le compte du client propriétaire. Les sociétés de gestion peuvent entreprendre différentes formes d’actions pour gérer ce service comme l’investissement immobilier locatif qui permet la perception des loyers pour le compte du propriétaire.
La société de gestion optimise le taux d’occupation du logement du client en recherchant des locataires. En outre, la société peut intervenir dans la gestion des conflits qui peuvent avoir lieu suite à des problèmes d’impayés de loyers.


Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique

Commentaires fermés sur Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique
Le nouveau film de Ozon fait déjà polémique

 

Ces dernières années, on ne cesse de dire que le cinéma français n’est plus bon qu’à faire des films de comédies, alors que ce n’est absolument pas vrai, il suffit de voir le prochain film de François Ozon afin de comprendre la qualité des productions françaises en ce moment. En effet, inspiré de faits réels d’abus pédophiles exercés par un curé qui garde encore ses fonctions malgré les multiples plaintes, le film « Grâce à dieu », risque fort de provoquer des sueurs froides, notamment du côté du Vatican. Ce film financé majoritairement par A Plus Image la Sofica de A Plus Finance, est retenu pour la compétition officielle Berlinale qui aura lieu le 7 février prochain à Berlin.

Le cinéma français de nos jours

Les productions cinématographiques ont toujours eu pour mission de faire réfléchir les spectateurs sur les conditions humaines, en les mettant face à des contradictions et en évoquant les sujets qui dérangent et que personne ne veut forcément regarder directement. Réfléchir à ses sujets relève que de la seule responsabilité et de la liberté de chaque individu.
Certes, ces dernières années, le cinéma français s’est plus orienté vers les comédies qui déplacent beaucoup de foules, toutefois, le vrai cinéma français existe encore, mais simplement il est beaucoup moins exposé. Avec une production cinématographique telle que le film « Grâce à dieu », personne ne pourra douter qu’il sera bien au centre de tout les débats. Traitant d’un sujet brûlant, polémique qui malheureusement est d’actualité, le film qui n’est pas encore sorti en salle, fait déjà grincer quelques dents.

Un film qui fait déjà polémique

La sortie du film est normalement prévue pour le 20 février prochain, néanmoins, selon l’avocat du curé, le Père Preynat, dont le film s’est inspiré, demande le report de la sortie pour que le métrage n’influence pas le procès du curé, qui est prévu pour 2019. « la vraie raison de ma démarche est d’empêcher la sortie du film avant le procès. Certes, la sortie du film est une liberté de création, toutefois, une fiction relatant des faits qui correspondent à un procès qui tiendra lieu très prochainement, surtout que le procès a été hyper-médiatisé par les victimes, cela pourrait porter atteinte à la présomption d’innocence du Père Preynat » a expliqué l’avocat au journal Le Progrès.
Néanmoins, l’avocat a bien précisé qu’il ne s’oppose pas à la projection du film, mais juste il espère que l’impartialité soit respectée. Une vision qui est totalement justifiée.
Le film Grâce à Dieu, financé par les sofica de A Plus Finance et SG Image 2017, est déjà en course pour l’Ours d’Or. S’inspirant grandement de l’affaire du Pierre Preynat, le film retrace l’histoire du curé qui a été mis en examen en 2016 pour avoir été accusé d’avoir abusé sexuellement de plusieurs enfants en 1986.


Comment choisir la meilleure SOFICA ?

Commentaires fermés sur Comment choisir la meilleure SOFICA ?
Comment choisir la meilleure SOFICA ?

 

Afin de profiter efficacement des avantages d’un placement dans des sociétés SOFiCA ou Sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel, il faut savoir faire le bon choix et réussir ainsi votre investissement. Surtout que l’un des avantages d’investir dans une SOFICA est la réduction de vos impôts sur revenus tout en soutenant la production cinématographique et audiovisuelle française. En effet, selon la loi de finances de 2018, l’investissement dans des sociétés pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel a été prolongé pour trois ans.

Qu’est-ce qu’une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel (SOFICA) ?

Une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel, comme A Plus Image 8 qui est une filiale de la société de gestion, A Plus finance, est une société d’investissement qui par l’intermédiaire d’un gérant, elle va collecter des fonds à partir d’investisseurs particuliers, afin de l’investir dans des projets audiovisuels et cinématographiques.
Investir dans une société SOFICA peut se faire de différentes manières. Soit l’investisseur préfère bloquer son argent dans une souscription dans l’une des SOFICA durant 8 ans, soit il trouve le délai un peu trop long, et opte à souscrire dans une SOFICA à capital non garanti, permettant ainsi de récupérer son argent dés la 5e année qui suit son placement. Toutefois, le premier mode d’investissement assure à l’investisseur un remboursement pouvant atteindre 80 % du fonds au bout des 8 années, alors que le deuxième mode d’investissement n’est pas sûr puisque le capital n’est pas garanti.
Vers le mois d’octobre, chaque année, une liste des différentes sociétés d’investissement SOFICA agrée conjointement par CNC et le ministère des Finances, est proposée pour les investisseurs particuliers. Ces derniers doivent choisir et s’inscrire à une des sociétés SOFICA avant la fin du dernier trimestre. En effet, pour pouvoir profiter des différents avantages de la souscription à une SOFICA, l’investisseur particulier doit bloquer une somme qui s’engage à investir durant 5 à 10 ans. Néanmoins, tous ses fonds seront indisponibles durant toute la période.


Les avantages d’investir dans une SOFICA

Investir dans une SOFICA, est l’un des meilleurs moyens afin de réduire les impôts sur le revenu. Généralement, la réduction est de 30 % de la somme de la souscription de l’investisseur. Néanmoins, ce pourcentage peut varier selon les sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel. Si la société SOFICA s’engage à placer au moins 10 % de ses fonds dans des projets de réalisation, le pourcentage de réduction des impôts sur le revenu de l’investisseur sera de 36 %. Ce pourcentage pourra atteindre 48 %, si la société SOFICA opte à investir au moins 10 % de son fonds dans des projets télévisuels, comme c’est le cas de A Plus Finance qui investit à travers A Plus Image 8, prés de 35 % dans des productions télévisuelles.
Toutefois, il est important de savoir que la réduction d’impôts dans ce mode de placement est soumise à un plafond exceptionnel de 18 000 euros, ainsi qu’un investissement maximal de 25 % du revenu de l’investisseur.


Le capital investissement : un marché d’avenir

Commentaires fermés sur Le capital investissement : un marché d’avenir
Le capital investissement : un marché d’avenir

Quels sont les différents modes de financement des entreprises ?

Besoins financiers des entreprises
– Les investissements : en recherche développement, investissements industriels, investissements financiers.
– Les besoins en fonds de roulement, les remboursements de crédits, les distributions de dividendes.

Ressources disponibles
L’autofinancement, les subventions de la puissance publique, les crédits bancaires sous toutes leurs formes, les apports de fonds propres par les actionnaires ou les marchés financiers, et le capital investissement.
Seuls les fonds propres, donc le capital investissement, sont aptes à financer tous les besoins de l’entreprise à court, moyen ou long terme. Les actionnaires personnes physiques n’ont pas les moyens de financer des besoins élevés qu’il s’agisse de reprise d’entreprises ou de développement.

Très peu d’entreprises sont cotées et parfois la conjoncture n’est pas favorable à des augmentations de capital. La solution reste donc le capital investissement dont les différentes branches répondent non seulement aux besoins financiers variés des entreprises, mais aussi à tous les stades de leur développement.
Mais c’est aussi en présentant de bons dossiers avec une méthodologie professionnelle que les entrepreneurs auront plus de chances de séduire les investisseurs financiers.

A Plus Finance est l’un des acteurs les plus actifs du capital investissement en France. Cette société de gestion accompagne les moyennes et petites entreprises déjà établies dans leurs activités. Elle est spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. A Plus Finance intervient dans tous les secteurs innovants, notamment dans les domaines du e-commerce, des technologies de l’information et du développement durable.

Les caractéristiques du capital investissement

Les opérations de capital investissement ont les caractéristiques suivantes :
– Il s’agit d’opérations qui peuvent être majoritaires ou minoritaires selon deux variables : le montant des fonds investis et la valorisation de l’entreprise ; si les opérations de capital et de développement sont le plus souvent des opérations minoritaires, les opérations de transmission sont majoritaires pour les financiers, l’équipe de managers possédant une part minoritaire dans la société.

– Il s’agit d’interventions en fonds propres, prises de participation en numéraire et au capital, et de la souscription à des obligations convertibles donnant par la suite si la décision de convertir est prise, accès à des actions et une position d’actionnaire.
Les fonds propres sont les seuls à pouvoir financer tous les besoins des entreprises : ce sont des fonds durables et non remboursables.
Rien à avoir donc avec des crédits bancaires remboursables et qu’il faut rémunérer, ou avec des subventions publiques liées à une condition (création d’emplois, innovation technologique ou autre…).
Des fonds propres d’origine privée comme l’indique la terminologie anglo-saxonne, Private Equity, apportés directement ou indirectement aux entreprises, par des acteurs divers et variés, personnes physiques, industriels, fonds de pension étrangers, compagnies d’assurances, universités…


Comment investir dans l’immobilier ?

Commentaires fermés sur Comment investir dans l’immobilier ?
Comment investir dans l’immobilier ?

Avec des prix qui commencent à remonter (à peine) et des taux de crédit au plus bas, la fenêtre de tir pour ceux (ou celles) qui souhaitent acheter (investir dans l’immobilier locatif) pour louer paraît ouverte.
Modification du Pinel, flat fax, transformation de l’ISF en IFI… On peut dire que les mesures annoncées ont secoué (quelque peu) le secteur immobilier et ont également, plongé les investisseurs (notamment les investisseurs particuliers) dans l’expectative.
Difficile de nier l’amour des investisseurs Français pour la pierre. Selon une étude, 75 % des Français prévoient de devenir propriétaires en 2019 (en se lançant dans un projet d’investissement locatif).
La baisse des rendements locatifs, le flou sur la taxe foncière, la hausse de la CSG ou encore l’apparition de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) n’ont pas découragé les Français d’investir dans l’immobilier.

Le crowdfunding immobilier

Le financement participatif : l’innovation au service de l’immobilier !
Un nouveau type de placement a fait une entrée remarquée, dans la catégorie de la pierre-papier, depuis quelques années : le crowdfunding immobilier, aussi appelé le financement participatif. Tout particulier peut donc devenir co-promoteur d’un projet immobilier. Des plateformes de crowdfunding spécialisées ont ainsi émergé depuis 2014 pour proposer divers programmes immobiliers, dans lesquels les particuliers investissent.

Une fiscalité et des rendements attractifs !

Les rendements bruts de cette nouvelle classe d’actifs (le financement participatif) se situent entre 9 et 12 % en moyenne et, depuis juillet 2018, les revenus sont soumis au Flat Tax (ou PFU) avec un taux unique de 45 %.
En 2018, 650 projets immobiliers ont été financés (plus de 250 millions d’euros récoltés) grâce aux plateformes de financement participatif.

Le viager : un placement rentable et éthique !

Le viager est également parmi les placements qui ont connu une évolution, en 2018. Cet investissement présente de nombreux atouts, pour les acquéreurs comme pour les vendeurs. De tous les investissements immobiliers, le viager (également connu sous le nom de “compléments de retraite” ou “la tontine”) est sans doute celui a la moins bonne cote.
Pour rappel, le “viager occupé” permet à un propriétaire de vendre son bien en récupérant une partie sous forme d’une rente à vie et une autre partie en cash. Le viager recèle donc des avantages pour les deux parties prenantes.
L’immobilier est donc plus que jamais au coeur des stratégies de gestion des investisseurs (institutionnels et particuliers).
La société de gestion “A Plus Finance” a développé son savoir-faire dans le domaine de l’investissement immobilier. Implantée à Paris, elle est présente dans les métiers de l’immobilier, du cinéma, de la multigestion et du financement des PME. Pour chacun de ses métiers, cette dernière a mis des équipes de gestion dédiées (des entrepreneurs et des financiers), composées de professionnels de leur domaine.
A Plus Finance propose à ses clients (institutionnels et particuliers) des solutions innovantes et originales.


Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Commentaires fermés sur Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?
Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Le mois de ramadan 2018 arrive à grand pas, l’occasion de parler du marché halal en France et de forte demande des consommateurs des produits issus de la production licite.

D’ici quelques semaines, le calendrier hégirien annoncera la date du début du mois de ramadan 2018 en France.

Les enseignes halal connaissent un véritable essor durant le mois de ramadan 

Avec un chiffre d’affaires près de 800 milliards en 2012, les produits halal représentent l’un des marchés les plus prometteurs du moment.

Apparu quelques années après le marché bio, le marché halal a su s’imposer en Europe, en Amérique et dans tous les continents et ne cesse d’attirer de nouveaux consommateurs en quête de qualité, de traçabilité, de notoriété et d’image des marques.

Désormais, les plus grandes enseignes alimentaires se mettent au halal et multiplient leurs offrent afin d’avoir la plus grande part du marché.

Le cabinet d’études marketing, Solis vient de lancer une étude de marché ayant pour but de déterminer le nombre des personnes consommant les produits halal en France.

Résultat, la plupart des consommateurs du halal sont d’origine arabe venant spécialement du Marco, Algérie et Tunisie avec un bon pourcentage des français originaires de la France.

D’après la même étude, les français consommant les produits halal ne choisissent pas uniquement les viandes licites mais s’intéressent à d’autres produits issus de la production halal comme les plats prêt, les sandwichs, les charcuteries…

Alors que la demande en halal augmente, l’offre semble suivre la tendance en France 

La même étude prouve aussi que les produits halal appartenant à des marques de renom notamment, Fleury Michon, Knorr, Duc, Herta, Knorr ou encore Maggi n’attirent pas les consommateurs autant que les produits alimentaires issus des marques de grande consommation spécialisée dans la production halal comme Médina, Isla Délice, Dounia, Isla Mondial, Saada…

Avec l’enseigne du fast-food quick qui proposent désormais une quarantaine de produits halal. Une offre halal dans les fast-foods est une première en France à une telle échelle, et c’est la première fois également quand voit une grande enseigne opter pour un marché récent.

En effet, le marché de halal est en train de se développer fortement en France et de créer une forte concurrence entre les différents acteurs du marché.

Auparavant, nous trouvons uniquement les consommateurs de croyances musulmanes opter pour les produits halal, aujourd’hui de nombreuses familles n’ayant aucun rapport avec l’Islam choisissent le halal.

 

 

 


« Previous Entries Next Entries »