subscribe: Posts | Comments

Comment choisir la meilleure SOFICA ?

Commentaires fermés sur Comment choisir la meilleure SOFICA ?
Comment choisir la meilleure SOFICA ?

 

Afin de profiter efficacement des avantages d’un placement dans des sociétés SOFiCA ou Sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel, il faut savoir faire le bon choix et réussir ainsi votre investissement. Surtout que l’un des avantages d’investir dans une SOFICA est la réduction de vos impôts sur revenus tout en soutenant la production cinématographique et audiovisuelle française. En effet, selon la loi de finances de 2018, l’investissement dans des sociétés pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel a été prolongé pour trois ans.

Qu’est-ce qu’une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel (SOFICA) ?

Une société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel, comme A Plus Image 8 qui est une filiale de la société de gestion, A Plus finance, est une société d’investissement qui par l’intermédiaire d’un gérant, elle va collecter des fonds à partir d’investisseurs particuliers, afin de l’investir dans des projets audiovisuels et cinématographiques.
Investir dans une société SOFICA peut se faire de différentes manières. Soit l’investisseur préfère bloquer son argent dans une souscription dans l’une des SOFICA durant 8 ans, soit il trouve le délai un peu trop long, et opte à souscrire dans une SOFICA à capital non garanti, permettant ainsi de récupérer son argent dés la 5e année qui suit son placement. Toutefois, le premier mode d’investissement assure à l’investisseur un remboursement pouvant atteindre 80 % du fonds au bout des 8 années, alors que le deuxième mode d’investissement n’est pas sûr puisque le capital n’est pas garanti.
Vers le mois d’octobre, chaque année, une liste des différentes sociétés d’investissement SOFICA agrée conjointement par CNC et le ministère des Finances, est proposée pour les investisseurs particuliers. Ces derniers doivent choisir et s’inscrire à une des sociétés SOFICA avant la fin du dernier trimestre. En effet, pour pouvoir profiter des différents avantages de la souscription à une SOFICA, l’investisseur particulier doit bloquer une somme qui s’engage à investir durant 5 à 10 ans. Néanmoins, tous ses fonds seront indisponibles durant toute la période.


Les avantages d’investir dans une SOFICA

Investir dans une SOFICA, est l’un des meilleurs moyens afin de réduire les impôts sur le revenu. Généralement, la réduction est de 30 % de la somme de la souscription de l’investisseur. Néanmoins, ce pourcentage peut varier selon les sociétés pour le Financement du Cinéma et de l’Audiovisuel. Si la société SOFICA s’engage à placer au moins 10 % de ses fonds dans des projets de réalisation, le pourcentage de réduction des impôts sur le revenu de l’investisseur sera de 36 %. Ce pourcentage pourra atteindre 48 %, si la société SOFICA opte à investir au moins 10 % de son fonds dans des projets télévisuels, comme c’est le cas de A Plus Finance qui investit à travers A Plus Image 8, prés de 35 % dans des productions télévisuelles.
Toutefois, il est important de savoir que la réduction d’impôts dans ce mode de placement est soumise à un plafond exceptionnel de 18 000 euros, ainsi qu’un investissement maximal de 25 % du revenu de l’investisseur.


La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

Commentaires fermés sur La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure
La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

 

Dans un mémoire, les avocats demandent le ‘‘ dépaysement de la procédure ’’

Mis en examen le 2 février, l’islamologue suisse, Tariq Ramadan, a été hospitalisé, il y a quelques jours dans une unité surveillée au sein de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans la banlieue parisienne, après avoir vu son état de santé se dégrader.
Dans un mémoire transmis par les avocats de l’accusé à la Cour d’appel de Paris, ces derniers réclament la remise en liberté du théologien, en proposant à cet effet plusieurs garanties, à savoir le versement d’une caution de 50 000 euros, la remise de son (unique) passeport suisse et l’obligation de pointer quotidiennement au commissariat.

Par ailleurs, les conseils dénoncent ce qu’ils considèrent comme incohérences dans les témoignages des plaignantes, le manque ou l’absence d’investigation sur des éléments fournis comme étant des preuves à décharge ainsi que la légalité de la décision du juge des Libertés et de la détention.

Dans ce mémoire adressé au Procureur général de la Cour d’appel de Paris, les avocats ont réclamé le dépaysement de la procédure, en raison de ce qu’ils constatent être des dysfonctionnements en la défaveur de leur client, ‘‘ des disquisitions nécessaires à la manifestation de la vérité ne sont pas entreprises ’’, de plus, ‘‘ le contact entre l’islamologue et ses proches et aussi ses avocats est très limité ’’
En novembre dernier, ils ont riposté pour la première fois, en déposant une plainte pour subornation de témoin tout en visant l’essayiste française, Caroline Fourest, qui fait la guerre au théologien depuis plusieurs années sur les médias. En effet, la polémiste a récemment reconnu avoir entré en contact avec les deux accusatrices après leur dépôt de plaintes pour ‘‘ se soutenir ’’.
Sur requête du procureur général ou à la demande des parties (ayant le pouvoir de décider de faire suivre ou pas cette demande), le dépaysement d’une procédure peut en effet être ordonné par la Cour de cassation.

L’affaire relève plusieurs dysfonctionnements

Du côté de la défense, cette dernière dénonce l’absence ‘investigations sur des éléments importants versés au dossier, notamment une réservation d’avion dévoilée le 6 décembre et qui n’a été transmise aux juges qu’au mois de février.
Un autre élément critiqué, est celui de l’absence d’investigations au sujet d’une rencontre entre l’essayiste Caroline Fourest et un membre de la magistrature identifié par le Journal Du Dimanche (JDD) en tant qu’actuel avocat général à la Cour de cassation, (une rencontre qui n’épargne pas les interrogations quant à sa nature).
En novembre dernier, les avocats ont porté plainte pour subornation de témoin, en évoquant explicitement le nom de la polémiste Fourest, qui mène un combat depuis longue date contre l’intellectuel Tariq Ramadan dans les médias.
Cette enquête a par ailleurs révélé que la ligne téléphonique de l’essayiste était entrée en contact plus d’une centaine de fois, avec chacune des deux accusatrices sur la période (précedant la date de dépôt des plaintes) du 6 mai au 6 novembre de l’année dernière.
Les avocats ont également fait savoir, que le docteur en théologie, Tariq Ramadan, incarcéré depuis le 2 février, n’a pu ni voir ni téléphoner à sa famille, et que même les entretiens avec ses représentants ont été très limités.


Un verre de vin par jour suffit pour conserver votre bien-être

Commentaires fermés sur Un verre de vin par jour suffit pour conserver votre bien-être
Un verre de vin par jour suffit pour conserver votre bien-être

 

Pourquoi faut-il favoriser la consommation modérée du vin et quelles sont les vertus de cette boisson alcoolisée à base de raisins ? Guillaume Ryckwaert, directeur de la maison Raphaël Michel spécialisée dans la production de vin nous fait part de tous les bienfaits du vin rouge, blanc et rosé.

 

Dirigeant Raphaël Michel, le groupe créateur de cuvée depuis 1899 et expert dans la fabrication et la dégustation du vin,  Guillaume Ryckwaert est à même de nous renseigner davantage sur cette savoureuse boisson.

 

A part des bienfaits pour la gencive, la silhouette et la digestion, le vin est un bon remède contre la fatigue. D’après une récente étude menée par un centre de recherche allemand, les composants du raisin avec l’alcool permettent d’améliorer notre état même pour les journées les plus dures et les plus longues. C’est pourquoi les gens courent avaler un ou deux verres de vin en rentrant du travail.

 

Équilibre, bonne mine, bien-être…les bienfaits du vin sur votre santé

Outre, le vin rouge, rosé ou blanc augmente davantage le taux d’endorphine. En consommant régulièrement et avec modération du vin, vous pourrez libérer les endorphines présentes dans votre organisme et ainsi, le corps sera en mesure de dégager les ondes négatives et de mieux se détendre.

 

Le vin est l’ingrédient indispensable pour agrémenter vos savoureux repas. Servir un verre de vin lors d’un déjeuner ou d’un dîner peut ajouter une saveur authentique à votre repas et améliorer votre humeur et celles de vos convives.

 

 

Le saviez-vous que le vin est un bel allié pour votre bouche ? En effet, un verre de vin permet de nettoyer votre palais, en réduisant les graisses et en valorisant le goût des aliments. Quelques gouttes de vin à la fin d’un repas, peuvent donner une sensation de fraîcheur et de bouche saine et nettoyée.

Ce que vous devez savoir également sur le vin, c’est qu’il est capable de réduire le cholestérol en augmentant le taux de cholestérol HDL. Comme il peut prévenir le risque d’affection cardiaque.

 

À noter aussi que le vin permet de réduire les inflammations, d’éviter le durcissement des artères et surtout la croissance des cellules responsables du cancer du sein, ou du poumon.

 

La consommation de vin doit néanmoins être modérée et ne pas dépasser deux verres par jour, sous peine d’entraîner plus de risques que de bienfaits.


   Les bienfaits d’une alimentation équilibrée

Commentaires fermés sur    Les bienfaits d’une alimentation équilibrée
   Les bienfaits d’une alimentation équilibrée

 

 Particularités reliées à la culture et à la religion

La culture d’une personne détermine en grande partie les aliments qu’elle consomme et sa manière de les cuisiner et de les servir.

Les pratiques culturelles et religieuses peuvent interdire ou dicter la consommation de certains aliments, en particulier les jours de fête ou lors d’événements familiaux.

Les croyances religieuses et les coutumes sont importantes pour bien des gens, et le médecin doit en tenir compte lorsqu’il recueille des données sur ce sujet.

Il doit éviter les stéréotypes et ne pas tenir pour acquis que les personnes issues d’une culture ou d’une religion en particulier adhèrent toutes aux mêmes coutumes alimentaires.

   Analyse et interprétation des données sur l’alimentation :

Une fois la collecte des données sur l’alimentation est terminée, le médecin doit analyser la valeur nutritive des aliments.

Pour déterminer si la personne a un régime alimentaire généralement équilibré, il peut comparer son apport alimentaire aux recommandations du guide alimentaire de Filiassur assurance.

Ce dernier comprend quatre groupes alimentaires de base. Ses recommandations portent sur la variété des aliments, les portions pour chaque groupe d’aliments et la consommation modérée des aliments à teneur élevée en gras ou en énergie.

Le médecin doit comparer l’apport alimentaire de la personne aux portions quotidiennes recommandées en fonction de l’âge.

S’il désire connaître l’apport de certains éléments nutritifs précis, comme la vitamine A, le fer ou le calcium, le médecin doit analyser ce que consomme la personne en consultant une liste d’aliments indiquant leur composition et leur valeur nutritive.

Il doit ensuite calculer l’apport de chaque élément nutritif en grammes ou en milligrammes.

Il compare ensuite l’apport nutritif total aux taux quotidiens recommandés en fonction de l’âge, du sexe et de certaines circonstances, comme la grossesse ou l’allaitement.

Le médecin participe souvent à l’évaluation du régime alimentaire de la personne et transmet les renseignements à l’infirmière et au reste de l’équipe multidisciplinaire pour permettre une évaluation plus approfondie et l’élaboration d’interventions alimentaires cliniques.

 

  Facteurs influant sur l’état nutritionnel dans diverses situations :

Le bilan azoté reflète les gains ou les pertes en protéines.

Chez l’adulte dont le bilan azoté est équilibré, la quantité d’azote absorbée (d’origine alimentaire) est égale à la quantité excrétée (dans les urines, les selles et la transpiration).

Selon un conseiller de Filiassur assurance, un bilan azoté équilibré est un signe de bonne santé.

Le bilan azoté est positif quand la quantité d’azote absorbée est supérieure à la quantité excrétée.

Il s’agit d’un indice de croissance tissulaire, par exemple, lors de la grossesse, pendant l’enfance ou au cours du rétablissement qui suit une intervention chirurgicale et la formation de nouveaux tissus.

Le bilan azoté est négatif quand les tissus se décomposent plus rapidement qu’ils ne se forment.

Faute d’un apport protéique approprié peut être le résultat de la fièvre, d’une intervention chirurgicale, de brûlures ou de certaines affections chroniques.

Chaque gramme d’azote excrété qui n’est pas remplacé représente une perte de 6.25 g de protéines ou de 25 g de tissu musculaire.

Quand ils s’accompagnent d’anorexie (perte de l’appétit), les troubles qui entraînent un bilan azoté négatif peuvent provoquer une malnutrition.

Celle-ci retarde la cicatrisation des plaies, prédispose aux infections et aux complications, augmente la durée de l’hospitalisation et prolonge l’alitement chez les personnes hospitalisées.


       Développement de l’audience

Commentaires fermés sur        Développement de l’audience
       Développement de l’audience

 

La radio et la télévision ont induit un nouveau type d’innovation ; l’audience peut désormais être définie, en gros, comme l’ensemble des personnes équipées d’un récepteur.

Cela a conduit à une nouvelle phase où la création de nouveaux types d’audience fondés sur la technologie a consisté à poursuivre activement l’expansion et la rentabilité de l’industrie des médias.

“La course à l’audience est devenue en grande partie une affaire de compétition pour la vente d’équipement”, la journaliste-présentatrice française “Audrey Crespo-Mara”.

Le JT de “ACM”, la présentatrice phare de la télévision française est très largement leader, avec une audience trois fois supérieure à celle de sa rivale de TF1.

L’audience est ainsi considérée comme un important marché de consommation destiné aux équipements domestiques.

L’audience comme marché peut être définie comme “un agrégat des consommateurs actuels ou potentiels de services et de produits médiatiques en fonction de leur profil socio-économique”.

Il a été également observé qu’actuellement les audiences sont des marchandises dont l’activité en tant qu’utilisateurs des médias (c’est-à-dire, regarder la télévision) est “vendue” aux annonceurs.

  L’implication de nouveaux médias : une typologie alternative

Trois changements importants ont eu lieu potentiellement susceptibles d’affecter l’audience (et certaines idées la concernant).

Premièrement, il s’agit d’une révolution ayant multiplié les possibilités de diffusion de la télévision (et de la radio) par le biais du câble et des satellites (ou les deux) entraînant une sorte d’abondance au niveau de l’offre et une augmentation considérable des choix.

Le deuxième changement a été le développement rapide de nouvelles manières d’enregistrer, de stocker et de rétablir l’image et le son, commençant à rejoindre la flexibilité du stockage imprimé.

La troisième innovation concerne la possibilité de l’utilisation interactive de divers médias, qui découlent des systèmes d’ordinateurs.

Des systèmes unidirectionnels sont devenus des réseaux à deux, voir à multiples directions.

L’utilisateur de médias a acquis le contrôle sur l’environnement informationnel.

Les réseaux de médias interactifs furent les bienvenus pour certains, comme base pour les communautés locales ou même certaines associations aux intérêts plus larges.

“En principe, cela semble aller à l’encontre de la tendance historique des médias à restituer l’échelle humaine et l’individualité afin de médiatiser la communication sociale, réaffirmant l’égalité de pouvoir entre les récepteurs de la périphérie et l’émetteur centralisé.

Les variantes de la typologie de l’audience discutées plus haut, ont une chose en commun : elles se rapportent aux circonstances de la communication de masse – flux de communication à relativement grande échelle, allant du centre vers la périphérie, où les récepteurs sont isolés les uns des autres et restent inconnus des “émetteurs”.

La dimension, l’anonymat et la diversité des relations de l’émetteur-média ne sont pas la seule possibilité et de récents développements ont augmenté la viabilité des modèles alternatifs et aussi d’une alternative.

Des audiences peuvent être schématisées autrement que selon les types de relations sociales ou le degré suivant lequel elles constituent une masse”, Audrey Crespo-Mara.

 


          Le traitement de l’AVC

Commentaires fermés sur           Le traitement de l’AVC
          Le traitement de l’AVC

 

Une prise en charge précoce après un accident cérébral vasculaire peut limiter la gravité des séquelles.

Traitement thrombolytique (destruction d’un caillot sous l’action d’un médicament) :

En cas d’AVC ischémique, il faut bien évidemment, dissoudre le caillot bouchant l’artère cérébrale, en perfusant un médicament.

Ce type de traitement rétablit la circulation du sang.

Autrement-dit, le traitement thrombolytique limite la lésion cérébrale et ses conséquences.

Après un accident vasculaire cérébral, des médicaments plaquettaires (médicament qui empêche l’agrégation des plaquettes sanguines et la formation d’un caillot de sang) sont prescrits.

Ces médicaments empêchent l’agglutination des plaquettes du sang.

Parfois, il est nécessaire, de traiter chirurgicalement la cause de l’AVC, en retirant une plaque d’athérome (lésion sous forme de plaque au niveau de la paroi interne des artères provoquées par l’accumulation des graisses et de dépôts calcaires) au niveau d’une artère du cou ou en corrigeant une malformation artério-veineuse (anomalie morphologique mettant en communication de façon anormale une artère et une veine).

 

   La rééducation : ses principaux objectifs

La rééducation évite l’apparition de complications supplémentaires (comme les complications qui aggravent le handicap).

 Rééducation de la marche : elle se réalise en utilisant un appui, comme la canne anglaise, la canne tripode, ou le harnais suspendu.

Ou aussi, en utilisant d’autres aides techniques, comme les chaussures orthopédiques, les orthèses, …

 Rééducation du membre supérieur, qui a pour objectif de restaurer la commande volontaire des mouvements des mains par le cerveau.

Et finalement, l’orthophonie (rééducation intensive et longue) qui a pour objectif de rendre au patient sa possibilité de communiquer par la parole ou par d’autres intermédiaires (gestes, attitudes, …).

 

  Comment éviter les accidents vasculaires cérébraux ?

L’arrêt du tabac est fortement recommandé, il permet de diminuer le risque d’une maladie cardiovasculaire.

Il faut aussi, limiter la consommation de l’alcool (éviter la consommation quotidienne d’alcool), et lutter contre l’obésité.

Afin d’éviter un accident vasculaire cérébral, il faut pratiquer une activité physique adaptée au handicap, surveiller sa tension (sans oublier que l’hypertension artérielle est un facteur principal de risque) et surveiller aussi, son diabète.

 

 

  Comment agir en attendant les secours ?

En attendant les secours, il faut allonger le malade, avec un oreiller sous la tête, sans lui donner des médicaments ou injection même s’il s’agit d’un traitement habituel.

  Le diagnostic de l’AVC :

Un bilan d’imagerie médicale en urgence doit être réalisé par un scanner cérébral.

Ce bilan permet de déterminer l’origine (autrement-dit, il permet de savoir s’il s’agit d’une hémorragie au niveau du cerveau ou d’un caillot sanguin obstruant une artère), d’évaluer l’importance de la zone détruite, et d’affirmer le diagnostic.

 

  Le suivi médical :

En cas d’AVC, Filiassur assurance peut assurer votre suivi médical en collaboration avec d’autres professionnels de santé.

Elle met à votre disposition des médecins compétents : neurologue, ergothérapeute, orthophoniste, kinésithérapeute, et médecin de réadaptation physique.

Après un accident vasculaire cérébral, il faut consulter votre médecin régulièrement, respecter le rythme des consultations et votre traitement, suivre les séances de rééducation, et surtout supprimer les facteurs de risque.

Le traitement doit être suivi sans interruption et à vie.

Bien suivre son traitement permet de prévenir la survenue d’un AVC.

 


« Previous Entries