subscribe: Posts | Comments

La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

Commentaires fermés sur La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure
La défense de l’islamologue suisse demande le dépaysement de la procédure

 

Dans un mémoire, les avocats demandent le ‘‘ dépaysement de la procédure ’’

Mis en examen le 2 février, l’islamologue suisse, Tariq Ramadan, a été hospitalisé, il y a quelques jours dans une unité surveillée au sein de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans la banlieue parisienne, après avoir vu son état de santé se dégrader.
Dans un mémoire transmis par les avocats de l’accusé à la Cour d’appel de Paris, ces derniers réclament la remise en liberté du théologien, en proposant à cet effet plusieurs garanties, à savoir le versement d’une caution de 50 000 euros, la remise de son (unique) passeport suisse et l’obligation de pointer quotidiennement au commissariat.

Par ailleurs, les conseils dénoncent ce qu’ils considèrent comme incohérences dans les témoignages des plaignantes, le manque ou l’absence d’investigation sur des éléments fournis comme étant des preuves à décharge ainsi que la légalité de la décision du juge des Libertés et de la détention.

Dans ce mémoire adressé au Procureur général de la Cour d’appel de Paris, les avocats ont réclamé le dépaysement de la procédure, en raison de ce qu’ils constatent être des dysfonctionnements en la défaveur de leur client, ‘‘ des disquisitions nécessaires à la manifestation de la vérité ne sont pas entreprises ’’, de plus, ‘‘ le contact entre l’islamologue et ses proches et aussi ses avocats est très limité ’’
En novembre dernier, ils ont riposté pour la première fois, en déposant une plainte pour subornation de témoin tout en visant l’essayiste française, Caroline Fourest, qui fait la guerre au théologien depuis plusieurs années sur les médias. En effet, la polémiste a récemment reconnu avoir entré en contact avec les deux accusatrices après leur dépôt de plaintes pour ‘‘ se soutenir ’’.
Sur requête du procureur général ou à la demande des parties (ayant le pouvoir de décider de faire suivre ou pas cette demande), le dépaysement d’une procédure peut en effet être ordonné par la Cour de cassation.

L’affaire relève plusieurs dysfonctionnements

Du côté de la défense, cette dernière dénonce l’absence ‘investigations sur des éléments importants versés au dossier, notamment une réservation d’avion dévoilée le 6 décembre et qui n’a été transmise aux juges qu’au mois de février.
Un autre élément critiqué, est celui de l’absence d’investigations au sujet d’une rencontre entre l’essayiste Caroline Fourest et un membre de la magistrature identifié par le Journal Du Dimanche (JDD) en tant qu’actuel avocat général à la Cour de cassation, (une rencontre qui n’épargne pas les interrogations quant à sa nature).
En novembre dernier, les avocats ont porté plainte pour subornation de témoin, en évoquant explicitement le nom de la polémiste Fourest, qui mène un combat depuis longue date contre l’intellectuel Tariq Ramadan dans les médias.
Cette enquête a par ailleurs révélé que la ligne téléphonique de l’essayiste était entrée en contact plus d’une centaine de fois, avec chacune des deux accusatrices sur la période (précedant la date de dépôt des plaintes) du 6 mai au 6 novembre de l’année dernière.
Les avocats ont également fait savoir, que le docteur en théologie, Tariq Ramadan, incarcéré depuis le 2 février, n’a pu ni voir ni téléphoner à sa famille, et que même les entretiens avec ses représentants ont été très limités.

Comments are closed.