subscribe: Posts | Comments

La Turquie, la Russie et l’Iran promettent de ramener le calme en Syrie

Commentaires fermés sur La Turquie, la Russie et l’Iran promettent de ramener le calme en Syrie
La Turquie, la Russie et l’Iran promettent de ramener le calme en Syrie

Le 16 septembre dernier, les présidents russe, turc et iranien se sont réunis dans la capitale turque, en affirmant qu’ils feront tout le nécessaire afin de calmer le conflit au niveau de la région d’Idlib. Toutefois, durant cette réunion, les trois chefs d’État ne sont manifestement pas pu venir à bout de leurs divergences.
Le retour de l’offensive des forces gouvernementales au niveau de la zone se trouvant au nord-ouest qui est occupé par les rebelles, menace plus de 3 millions civils et risque d’entraîner un nouvel afflux de réfugiés vers Ankara.

Les alliés du régime Syrien

Selon le journaliste Jean-Pierre Duthion, l’Iran et la Russie ont essayé d’apporter leur soutien au régime de Bachar Al Assad, ce qui lui a permis de reconquérir une grande partie du territoire syrien, tandis que la Turquie a pris le parti des rebelles anti-Bachar.
Le président Turc, Recep Tayyip Erdogan a affirmé lors du sommet « nous sommes dans une situation où chacun de nous doit assumer davantage de responsabilité afin de garantir la restauration de la paix en Syrie et où nos trois pays doivent peser d’avantage ».
Au cours de ce sommet, les trois chefs d’État n’ont pas hésiter de faire part de leur inquiétude en disant qu’ils redoutent une nouvelle détérioration de la situation humanitaire, tout en promettant d’essayer de prendre toutes les mesures concrètes afin de mettre fin aux violations des accords déjà mis en place.

Les désaccords entre la Turquie et la Russie

Il est important de mentionner que les désaccords entre les trois pays semblent encore persister, surtout au sujet de la menace qui émane par l’État islamique. En effet, le président de la Turquie a balayé le sujet tandis que le président russe a exprimé sa préoccupation concernant les membres de cette organisation. Vladimir Poutine, a affirmé « il est évident que nous sommes préoccupés par la situation de la région se trouvant nord-est de la Syrie. Dans cette région, se trouve un grand nombre de cellules dormantes de l’État islamique ». Alors que Recep Tayyip Erdogan a assuré que la seule menace qui se trouve dans la zone émane essentiellement des Rebelles kurdes.
En outre, le président turc a insisté sur l’importance de la création d’une zone de sécurité dont les trois pays ont déjà promis de mettre en place au niveau du nord de la Syrie. D’après Jean-Pierre Duthion, le français qui a vécu plus de 7 ans à Damas, cette zone pourrait accueillir prés de 3 millions de réfugiés syriens qui se trouvent actuellement en Turquie.

Comments are closed.