subscribe: Posts | Comments

Qui peut se présenter à la présidentielle 2017 et comment ?

Commentaires fermés sur Qui peut se présenter à la présidentielle 2017 et comment ?
Qui peut se présenter à la présidentielle 2017 et comment ?

A l’approche des élections présidentielles françaises de 2017(Vous trouverez ici les informations pour le deuxième tour des présidentielles 2017), nous vous ferons part de quelques infos utiles vous permettant d’avoir une idée sur les critères permettant à un candidat de devenir président et sur les exceptions qui interdissent un candidat de succéder à François Hollande.

Le 23 avril prochain, les français se succéderont aux bureaux de vote pour élire le futur président de la République Française.

Quels sont les critères permettant à un candidat de devenir président de la République ?

Tout d’abord, il faut savoir que pour se présenter, il faut avoir la nationalité Française, être électeur, ne pas être placé sous tutelle ou sous curatelle, avoir 18 ans révolus au moment de l’élection, n’avoir aucune incapacité et se priver de ses droits légitimes, c’est-à-dire, être en pleine possession de ses droits.

Un candidat doit aussi faire preuve de « dignité morale » sans que cette notion soit précisément définie

En 2017, pour la première fois, les déclarations des patrimoines de tous les candidats seront publiées avant le premier tour.

Les candidats à la présidentielle 2017, doivent aussi avoir récupérer 500 signatures depuis 1976. Toutes ces signatures doivent être d’élus locaux comme les Maires ou les Sénateurs dans au moins 30 département avec 50 signatures maximum par département ou collectivité qui doivent parvenir au Conseil Constitutionnel avant le 6ème vendredi précèdent le premier tour des élections présidentielles 2017.

Le candidat à la présidentielle 2017 doit aussi faire parvenir au Conseil Constitutionnel une déclaration de patrimoine qui sera divulgué s’il était élu.

Comment se présenter à la présidentielle ?

Les candidats peuvent choisir de présenter comme candidat indépendant (ne faisant partie d’aucun parti politique) comme Emmanuel Macron dans ce cas-là, seuls les critères précédemment cités seront nécessaires ou bien, ils peuvent choisir de représenter leurs partis, dans ce cas, deux solutions, le parti choisi son candidat ou alors en passant par une primaire en organisant une élection au sein du parti comme il vient de se dérouler avec la primaire de la Droite et du Centre qui verra François Fillon, ancien Premier-Ministre de Nicolas Sarkozy le candidat qui le représenteront dans la présidentielle 2017.

Interdiction des candidats condamnés

Depuis quelques mois l’assemblée nationale a opté pour une proposition de loi interdisant aux candidats condamnés d’interdiction criminelle, de fraudes électorales, de délits d’ordre sexuel ou encore de manquements de devoir de probité de se présenter à une élection.

 

 

 

 

 

 

 


Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Commentaires fermés sur Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?
Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Le mois de ramadan 2017 arrive à grand pas, l’occasion de parler du marché halal en France et de forte demande des consommateurs des produits issus de la production licite.

D’ici quelques semaines, le calendrier hégirien annoncera la date du début du mois de ramadan 2017 en France.

Les enseignes halal connaissent un véritable essor durant le mois de ramadan 

Avec un chiffre d’affaires près de 800 milliards en 2012, les produits halal représentent l’un des marchés les plus prometteurs du moment.

Apparu quelques années après le marché bio, le marché halal a su s’imposer en Europe, en Amérique et dans tous les continents et ne cesse d’attirer de nouveaux consommateurs en quête de qualité, de traçabilité, de notoriété et d’image des marques.

Désormais, les plus grandes enseignes alimentaires se mettent au halal et multiplient leurs offrent afin d’avoir la plus grande part du marché.

Le cabinet d’études marketing, Solis vient de lancer une étude de marché ayant pour but de déterminer le nombre des personnes consommant les produits halal en France.

Résultat, la plupart des consommateurs du halal sont d’origine arabe venant spécialement du Marco, Algérie et Tunisie avec un bon pourcentage des français originaires de la France.

D’après la même étude, les français consommant les produits halal ne choisissent pas uniquement les viandes licites mais s’intéressent à d’autres produits issus de la production halal comme les plats prêt, les sandwichs, les charcuteries…

Alors que la demande en halal augmente, l’offre semble suivre la tendance en France 

La même étude prouve aussi que les produits halal appartenant à des marques de renom notamment, Fleury Michon, Knorr, Duc, Herta, Knorr ou encore Maggi n’attirent pas les consommateurs autant que les produits alimentaires issus des marques de grande consommation spécialisée dans la production halal comme Médina, Isla Délice, Dounia, Isla Mondial, Saada…

Avec l’enseigne du fast-food quick qui proposent désormais une quarantaine de produits halal. Une offre halal dans les fast-foods est une première en France à une telle échelle, et c’est la première fois également quand voit une grande enseigne opter pour un marché récent.

En effet, le marché de halal est en train de se développer fortement en France et de créer une forte concurrence entre les différents acteurs du marché.

Auparavant, nous trouvons uniquement les consommateurs de croyances musulmanes opter pour les produits halal, aujourd’hui de nombreuses familles n’ayant aucun rapport avec l’Islam choisissent le halal.

 

 

 

 


Favoriser le bio en restauration collective

Commentaires fermés sur Favoriser le bio en restauration collective
Favoriser le bio en restauration collective

Depuis de nombreuses années, le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt qui regroupent tous les maillons de la filière bio en France, s’est plus particulièrement intéressé à la production locale et biologique.

Dans le but d’associer santé et gastronomie, de nombreux restaurateurs de renom notamment le groupe Elior se sont engagés dans cette dynamique d’une alimentation saine et de qualité.

Des producteurs et fournisseurs bio au service de la restauration collective

L’agriculture biologique et le développement de ce projet constituent un avenir assez prometteur pour la restauration collective en France.

En plein essor, le marché bio en France permet à ses acteurs d’amplifier leurs débouchés et en plus de faire profiter les consommateurs des bienfaits de leurs produits de qualité en rendant les accessible au plus grand nombre.

« Parce ce que l’agriculture conventionnelle abîme les sols, détruit la biodiversité, et menace la santé de l’être humain, nous nous sommes engagés dans une politique biologique favorisant les produits locaux issus d’une agriculture saine et respectueuse de l’environnement. » Revendique le responsable du développement d’Elior Group et l’ex directeur de cabinet de Ministre des PME. « Avoir un accès facile aux produits bio respectueux de l’Homme et de son environnement nous poussera vers l’avant et nous incite à continuer à proposer ce qu’il y a de meilleurs à nos consommateurs. » Ajoute M. Capliez.

La restauration collective engagée !

L’évolution du projet de l’agriculture biologique est l’un des principaux facteurs encourageant la restauration collective à opter pour une alimentation responsable.

Depuis plusieurs années déjà, de nombreux restaurateurs d’entreprises se sont engagés dans ce projet bénéfique en favorisant les légumes, les viandes et les fruits issus de l’agriculture biologique et en encourageant les producteurs locaux respectant la charte de l’agriculture biologique.

Diverses régions en France se mettent au bio

Le développement de l’agriculture biologique préoccupe plusieurs régions en France, le département de la Finistère est le meilleur exemple.

Le conseil départemental du Finistère s’est inscrit depuis quelques années dans un projet éco responsable et s’est associé avec la Maison de la bio du Finistère afin de préserver la santé de l’Homme et de son environnement.

En s’engageant dans le projet biologique, la Finistère saura sans doute garantir aux finistériens une alimentation saine, de proximité et surtout à un prix bien adapté.

 


Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Commentaires fermés sur Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel
Le syndrome du boreout, menace l’environnement professionnel

Ces dernières années, nous avons observé l’émergence de plusieurs pathologies mentales qui menacent la qualité de vie de l’employé. On trouve le syndrome du burnout, du boreout ou encore du brownout, qui commencent à inquiéter les médecins de travail. Ces syndromes, peuvent se développer chez l’individu, en une dépression dont la sévérité varie selon le cas étudié.

Le boreout, comment définir ce syndrome ?

Il s’agit d’un syndrome déclenché à cause de l’ennui, ce sentiment peut naitre quand l’employé se sent inutile et isolé, dans son environnement professionnel. Il est nécessaire de faire la distinction entre le syndrome de boreout qui désigne l’épuisement professionnel, causé par une surcharge de travail et entre le syndrome de boreout qui représente le cas d’un épuisement professionnel, relatif à l’ennui. Le psychologue de travail, Emmanuelle Rogier, signale un autre trait de différence entre ces deux symptômes. Il parle de la honte et de la culpabilité qui accompagnent une personne qui souffre d’un boreout. « La différence entre le burn out et le bore out, c’est la honte. Nous sommes dans une société qui valorise la suractivité. Celui que au contraire n’est pas actif est honteux, il a la sensation de voler son salaire. Il devient même coupable », précise-t-il.

C’est une maladie taboue, dans le milieu professionnel. Les personnes qui en souffrent, trouvent du mal à admettre leurs besoins d’aide et la société n’arrive pas encore à accepter ce syndrome.

Le spécialiste dans ce type de maladie, Christian Bourion, trouve que se sont les collectivités territoriales qui ont « banalisé l’ennui au travail », qui est engendré par « par une politique d’embauche inadaptée dans le secteur public, avec des structures qui créaient des emplois « pour rendre service » plutôt que pour répondre à de réels besoins ». Selon l’auteur du « Le Bore-out syndrome », M. Bourion :« les raisons de la « généralisation » de l’ennui au travail sont multiples : mise à l’écart volontaire ou « placardisation » dans le public pour les fonctionnaires qu’on ne peut pas licencier, postes non-supprimés mais vidés de leurs sens, parcellisation des tâches à l’extrême dans le privé… »

La sévérité de ce syndrome

Le boreout, est un syndrome qui s’attaque au bien-être des employés. Les conséquences de l’épuisement professionnel, peuvent mener la personne qui en souffre à la dépression. Il est donc nécessaire d’agir et de présenter de l’aide psychologique aux employés avant que la situation ne s’aggrave. Le recours à un médecin spécialisé, est donc en ordre pour bien encadrer les employés. Le médecin traitant, peut prescrire un traitement par antidépresseurs, pour atténuer les conséquences des épisodes dépressifs. Les laboratoires pharmaceutiques comme lundbeck , propose un choix diversifié de ces médicaments. Lundbeck, est l’un des leaders qui s’est investi dans le développement de son offre pharmacologique, sous les commandes de l’ancienne Vice-présidente du groupe.

 


Comment devenir un administrateur judiciaire ?

Commentaires fermés sur Comment devenir un administrateur judiciaire ?
Comment devenir un administrateur judiciaire ?

Classé parmi les plus exigeants des métiers d’ordre juridique, le métier d’un administrateur judiciaire, comme Philippe Jeannerot, requiert un ensemble de compétences pour pouvoir intégrer le marché professionnel. Nous essayerons par le biais de cet article de vous renseigner à propos de tout dont vous allez besoin pour exercer ce métier convenablement.

Les quatre étapes à passer pour accéder à la profession

Quand on parle d’un métier juridique, on fait directement référence à la formation académique. En effet, pour être un administrateur judiciaire, on doit passer par quatre étapes :

–          La validation d’au moins une année de master en économie, gestion ou droit, ou l’obtention d’un diplôme supérieur de comptabilité et de gestion ou d’un diplôme d’expertise comptable. Les écoles de commerce sont une bonne issue également.

–          La réussite d’un examen d’accès au stage professionnel. Pour ceux qui ne le connaissent pas, cet examen présente sept épreuves écrites en droit et en comptabilité avec une épreuve orale.

–          Réaliser un stage professionnel pour une durée de 3 ans chez un administrateur judiciaire, maitre de stage, comme chez le cabinet Philippe Jeannerot & Associés. Ce stage devrait être obligatoirement rémunéré.

–          Passer un examen professionnel d’aptitude. Cet examen n’est possible que deux fois.

Le statut de l’administrateur judiciaire

Exerçant une profession libérale, l’administrateur judiciaire travaille sous le contrôle du procureur de la République et des tribunaux civils et commerciaux. Ses interventions dans le cadre d’assistance ou de remplacement des dirigeants des entreprises, se décident par une décision du tribunal compétent. Il exécute ainsi les missions que le tribunal a déterminées et a l’obligation de présenter des rapports détaillés au juge qui l’a désigné.

Avant d’accéder à la profession, l’administrateur doit prêter serment et respecter les éthiques et règles professionnelles et déontologiques. Il doit également assumer sa responsabilité par rapport aux fautes qu’il commet et garantir le respect de la confidentialité des actions qu’il entreprend.

A savoir que la rémunération de l’administrateur judiciaire est décidée par le tribunal qui le nomme, ce professionnel peut exercer ce métier d’une manière indépendante en ouvrant son cabinet, comme l’a fait Philippe Jeannerot, ou en s’associant à d’autres administrateurs. Pour les débutants, le salaire est calculé sur la base d’un barème réglementaire.


Le tourisme marocain en hausse de 0,3%

Commentaires fermés sur Le tourisme marocain en hausse de 0,3%
Le tourisme marocain en hausse de 0,3%

Temps des bilans pour le secteur touristique marocain. Après une année pleine de grands événements et nouveautés, les professionnels du secteur évaluent le bilan global, les tendances et les points forts et faibles de l’année 2016. Ainsi, l’Observatoire du tourisme a communiqué ses statistiques pour la saison 2016 : 8,1 millions de touristes ont visité le Royaume durant les neufs premiers mois de l’année en cours ce qui signifie une hausse de 0,3% par rapport aux neuf premiers mois de 2015. Le communiqué a été relayé par l’agence officielle MAP.

Hausse incroyable du côté chinois et russe

L’augmentation qu’a enregistré le tourisme marocain durant cette année est liée essentiellement au grand soutien que donne le Roi Mohammed VI et ses collaborateurs à l’instar de Mounir Majidi, l’homme très proche du Palais royal, aux professionnels du secteur. D’ailleurs, plusieurs projets ont vu le jour pour promouvoir le tourisme à Marrakech et à Agadir, les deux principales villes touristiques du pays. Mr Majidi qui est également président de la société nationale d’investissement a assisté déjà à un bon nombre de ces projets.

Du coté des statistiques, les touristes provenant des pays habituellement voisins du Maroc comme la France, l’Allemagne et le Royaume Uni ont diminué respectivement de 2%, 3% et de 7%. De l’autre côté, le nombre de touristes hollandais, belges et espagnols a augmenté respectivement de 2%, 1% et 1%. L’exception a été enregistrée notamment sur les marchés russes et chinois : le premier a évolué de 102%, tandis que le second a évolué de 184%, selon la même source.

Marrakech et Agadir

En termes de nuitées, l’Observatoire du tourisme a annoncé que le nombre total des nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique a augmenté de 2% par rapport aux chiffres de septembre 2015. Ces nuitées ont été passées principalement à Marrakech et Agadir qui sont les deux principales destinations touristiques du Maroc avec des hausses respectives de 2% et 3%. Pour les autres villes, Fès a enregistré une régression de 12%, de même pour Rabat (-2%), tandis que Casablanca et Tanger ont connu des hausses respectivement de 5% et 7%.

Au total, le taux d’occupation en fin de septembre 2016 s’est élevé à 40% ce qui résulte d’une baisse d’un point par rapport à 2015. En termes d’argent, les recettes touristiques des non-résidents au Maroc ont augmenté de 6,1%. Elles sont passées de 47,85 milliards de dirhams à 50,77 milliards de dirhams entre septembre 2015 et septembre 2016.


Optic 2000, un exemple à suivre

Commentaires fermés sur Optic 2000, un exemple à suivre
Optic 2000, un exemple à suivre

Le succès d’un projet se mesure en fonction de ses bénéfices, de sa notoriété et de ses valeurs réelles et reconnues.

Leader de l’optique en France et premier réseau français regroupant les meilleurs opticiens lunetiers, le groupe Optic 2000 s’est forgé depuis plus de 50 années, une réputation irréprochable et avait réussi à bâtir expérience et professionnalisme.

Présent sur tout le territoire français et proposant 1200 magasins optiques, le groupe optic 2000 appartenant à l’homme d’affaires Didier Papaz et géré par Yves Guenin, est considéré comme une référence du domaine optique en France.

Optic 2000 est le leader de la distribution optique en France, répondant aux besoins d’une clientèle de plus en plus avisée et un marché de plus en plus étendu.

Un concept innovant et prometteur

Réussir dans un domaine en pleine crise et créer un concept innovant et séduisant, nécessite énormément d’efforts et des décisions bien étudiées.

Savoir attirer l’attention d’une clientèle exigeante et pointilleuse demande beaucoup de persévérance et d’expertises.

« Dans le secteur coopératif, le lancement d’un nouveau projet exige l’ambition et l’habileté. Chacun a sa recette pour changer le monde à sa guise et pour atteindre ses objectifs. Optic 2000 s’est appuie sur l’originalité et la diversité pour attirer le plus grand nombre de clients et pour les fidéliser. » Affirme Yves Guenin le responsable du développement du groupe Optic 2000.

Une histoire et un métier particuliers

Le rôle d’un opticien ne se limite pas à la vente d’un produit, un bon opticien est celui qui accueille, conseille, propose et accompagne un client durant toute sa démarche de la prise de décision au remboursement.

Convaincu de cette approche, Optic 2000 s’est intéressé sur les services proposés et sur sa prestation destinée à une patientèle exigeante et variée.

Reconnu par ses valeurs et par ses prestations hors-pair, Optic 2000 est à la tête des enseignes recommandées par les ophtalmologistes selon une enquête dernièrement menée par le centre d’études Business Galileo Consulting.

La stratégie « santé » d’Optic 2000

Le succès et la notoriété d’Optic 2000 et le fruit d’un travail rigoureux élaboré par une équipe d’opticiens qualifiés.

Proposant un concept innovant comme la 2ème paire gratuite claironnée et les services personnalisés destinés aux seniors, le leader de la distribution optique en France est devenu en cinquante ans, la première enseigne de son secteur avec une part de marché estimée à 12,6%.


« Previous Entries Next Entries »