subscribe: Posts | Comments

          Le traitement de l’AVC

Commentaires fermés sur           Le traitement de l’AVC
          Le traitement de l’AVC

 

Une prise en charge précoce après un accident cérébral vasculaire peut limiter la gravité des séquelles.

Traitement thrombolytique (destruction d’un caillot sous l’action d’un médicament) :

En cas d’AVC ischémique, il faut bien évidemment, dissoudre le caillot bouchant l’artère cérébrale, en perfusant un médicament.

Ce type de traitement rétablit la circulation du sang.

Autrement-dit, le traitement thrombolytique limite la lésion cérébrale et ses conséquences.

Après un accident vasculaire cérébral, des médicaments plaquettaires (médicament qui empêche l’agrégation des plaquettes sanguines et la formation d’un caillot de sang) sont prescrits.

Ces médicaments empêchent l’agglutination des plaquettes du sang.

Parfois, il est nécessaire, de traiter chirurgicalement la cause de l’AVC, en retirant une plaque d’athérome (lésion sous forme de plaque au niveau de la paroi interne des artères provoquées par l’accumulation des graisses et de dépôts calcaires) au niveau d’une artère du cou ou en corrigeant une malformation artério-veineuse (anomalie morphologique mettant en communication de façon anormale une artère et une veine).

 

   La rééducation : ses principaux objectifs

La rééducation évite l’apparition de complications supplémentaires (comme les complications qui aggravent le handicap).

 Rééducation de la marche : elle se réalise en utilisant un appui, comme la canne anglaise, la canne tripode, ou le harnais suspendu.

Ou aussi, en utilisant d’autres aides techniques, comme les chaussures orthopédiques, les orthèses, …

 Rééducation du membre supérieur, qui a pour objectif de restaurer la commande volontaire des mouvements des mains par le cerveau.

Et finalement, l’orthophonie (rééducation intensive et longue) qui a pour objectif de rendre au patient sa possibilité de communiquer par la parole ou par d’autres intermédiaires (gestes, attitudes, …).

 

  Comment éviter les accidents vasculaires cérébraux ?

L’arrêt du tabac est fortement recommandé, il permet de diminuer le risque d’une maladie cardiovasculaire.

Il faut aussi, limiter la consommation de l’alcool (éviter la consommation quotidienne d’alcool), et lutter contre l’obésité.

Afin d’éviter un accident vasculaire cérébral, il faut pratiquer une activité physique adaptée au handicap, surveiller sa tension (sans oublier que l’hypertension artérielle est un facteur principal de risque) et surveiller aussi, son diabète.

 

 

  Comment agir en attendant les secours ?

En attendant les secours, il faut allonger le malade, avec un oreiller sous la tête, sans lui donner des médicaments ou injection même s’il s’agit d’un traitement habituel.

  Le diagnostic de l’AVC :

Un bilan d’imagerie médicale en urgence doit être réalisé par un scanner cérébral.

Ce bilan permet de déterminer l’origine (autrement-dit, il permet de savoir s’il s’agit d’une hémorragie au niveau du cerveau ou d’un caillot sanguin obstruant une artère), d’évaluer l’importance de la zone détruite, et d’affirmer le diagnostic.

 

  Le suivi médical :

En cas d’AVC, Filiassur assurance peut assurer votre suivi médical en collaboration avec d’autres professionnels de santé.

Elle met à votre disposition des médecins compétents : neurologue, ergothérapeute, orthophoniste, kinésithérapeute, et médecin de réadaptation physique.

Après un accident vasculaire cérébral, il faut consulter votre médecin régulièrement, respecter le rythme des consultations et votre traitement, suivre les séances de rééducation, et surtout supprimer les facteurs de risque.

Le traitement doit être suivi sans interruption et à vie.

Bien suivre son traitement permet de prévenir la survenue d’un AVC.

 

Comments are closed.